L’enquête du Central CID dans des allégations de Forgery contre la Kross Border Corporate Services Ltd, avec des transactions de 8 milliards de dollars sur une période de 13 ans, joue les prolongations. Le rendez-vous du Chief Executive Officer de cette société opérant dans le secteur du Global Business, Jaye Jhingree, pour la poursuite de son interrogatoire Under Warning, a été reporté à mardi prochain. De son côté, la Financial Services Commission a émis hier après-midi un communiqué pour confirmer qu’une enquête a été initiée en liaison avec la police et n’écarte pas des sanctions pénales et des mesures correctives au moment approprié.
Jaye Jhingree n’a pas été entendu en fin de semaine en raison de l’indisponibilité de ses hommes de loi. Ainsi, d’un commun accord, il a été convenu que la reprise se fera mardi prochain en présence de Mes Ivan Collendavelloo, Senior Counsel, qui prendra le relais de Me Désiré Basset, Senior Counsel, en compagnie de Me Veda Ballamoody. La séance portera sur les documents produits par Jaye Jhingree pour rejeter les accusations de « faux et usage de faux ».
Mais lundi, l’un des derniers Local Resident Directors de Kross Border Corporate Services Ltd, Sushil Kumar Jogoo, pour le compte des sociétés de Velankani Holding Mauritius Ltd et Velankani Mauritius Ltd, sera inculpé provisoirement pour le même délit de Forgery et rejoindra ses autres collègues, dont Nassreenbhai Adam-Essack, Dhanun Ujoodha et Sharmil Dhanraj Shah, déjà inculpés et en liberté provisoire.
De son côté, la Financial Services Commission a confirmé l’existence d’allégations contre Kross Border Corporate Services Ltd par rapport à : Velankani Holdings Mauritius Ltd, Velankani Mauritius Ltd et Velankani Renewable Energy Mauritius Ltd avec, pour principal actionnaire, Reddy Kolanda, investisseur indien domicilié aux États-Unis. « The allegations are mainly improper issue of shares, wrongful appointment of directors and irregularities in companies’documentations », ajoute le communiqué, qui note : « The complaint emanated basically from a shareholders’dispute, the inability of M. Reddy to have access to records and facing difficulties in transferring files to another Management Company. »
La FSC fait également comprendre que, dans un premier temps, elle a rappelé aux parties concernées que toutes ces questions en litige doivent être réglées dans le respect des réglements en vigueur. Mais entre-temps, des allégations de Forgery ont été consignées à la police contre Kross Border Corporate Services et la Cour suprême a été saisie du litige avec la Financial Services Commission impliquée en tant que partie prenante.
Face aux questions et interrogations de la Financial Services Commission pour des éclaircissements, Kross Border Corporate Services Ltd devait faire état de son impossibilité de répondre car les Companies’Fils et autres documents ont été saisis par le Central CID. « However, the FSC is proceeding with the inquiry by liaising with the police and the other parties within the remit of its regulatory framework and may take appropriate remedial and penal actions as deemed necessary in due course », conclut la FSC, en rappelant son devoir de confidentialité pendant le déroulement d’une enquête.