« Le Vatican est désormais au courant de la cruauté faite envers les Chagossiens. Je suis sûr qu’à travers le message passé au Vatican et à travers ma déclaration à Radio Vatican, plusieurs pays seront au courant de l’injustice faite à notre encontre.  Le Vatican est un allié de taille des Chagossiens » C’est l’avis du leader du Groupe Réfugiés Chagos (GRC), qui rencontrait la presse hier à Pointe-aux-Sables. Olivier Bancoult s’est dit « très satisfait » de la visite de la délégation chagossienne et mauricienne au pape François le 17 mai dernier. S’agissant du procès intenté contre le gouvernement britannique au sujet du Fishing Right et de la Marine Protected Area, le leader du GRC compte assister au “hearing” en Cour suprême en Angleterre les 28 et 29 juin prochains. Il se dit plus déterminé que jamais dans sa lutte. « Nous croyons dans la justice. Tôt ou tard, la justice devra triompher. »
« Cela a été plus qu’un honneur pour la communauté chagossienne de rencontrer le pape après toute l’injustice faite par le gouvernement britannique depuis plus de 50 ans. Nous avons voulu conférer une dimension nationale à cette lutte », a indiqué Olivier Bancoult, qui était accompagné lors de cette visite entre autres du père Gérard Mongelard et du révérend Mario Li Hing, qui se trouvaient également à ses côtés aux Chagos en 2006. « Le message fort que nous avons envoyé au pape est que si nous nous basons sur la loi universelle des droits de l’Homme, on ne peut empêcher un peuple de rentrer sur sa terre. Nous ne demandons pas plus ni moins. Nous ne pouvons accepter que d’autres personnes puissent y habiter et pas nous », devait-il soutenir. Selon lui, « les gouvernements britannique et américain cherchent à détruire notre culture en empêchant à la génération future de savoir d’où nous venons ».
Pour Olivier Bancoult, la religion la plus importante aux Chagos était la religion catholique. « Nous avons envoyé un signal fort au Saint-Siège concernant notre culture. Nous avons des parents enterrés à Diego, Peros et Salomon. Les cimetières sont en état d’abandon. En comparaison, lorsque les chiens des militaires britanniques meurent, leurs noms sont inscrits, alors que nous, au fil du temps, nous ne nous souviendrons plus où nos ancêtres ont été enterrés. Si les militaires britanniques sont enterrés aux Chagos, leurs proches peuvent aller leur rendre hommage. Pourquoi nous, catholiques, ne pouvons-nous pas nous y rendre chaque 1er novembre ? Pourquoi ne pas entretenir les tombes de nos ancêtres ? »
Ce qui n’empêche pas le GRC de se dire plus déterminé que jamais à poursuivre leur lutte pour la reconnaissance de leurs droits sur leurs terres natales. « Les 28 et 29 juin, nous aurons un “hearing” à la Cour suprême d’Angleterre et nous défierons le gouvernement britannique sur le “Fishing Right” et la Marine Protected Area pour dire que les Chagossiens ont leurs droits sur les Chagos et que nous protestons contre la Marine Protected Area, qui ne prend pas en considération notre droit fondamental. Nous croyons dans la justice. Tôt ou tard, elle devra triompher », poursuit-il.
L’audience papale à laquelle la délégation chagossienne a assisté au Vatican a été l’occasion de tenir au courant le souverain pontife au sujet « de la déportation et de l’injustice commise à l’encontre des Chagossiens ». Leur rencontre avec l’archevêque Paul Gallagher, le secrétaire d’Etat du Saint-Siège, et qui aura duré plus de 45 minutes, aura été l’occasion pour la délégation de transmettre un message au pape pour que ce dernier soulève le problème avec le président des Etats-Unis Donald Trump, qu’il vient de le rencontrer au Vatican. « Nous ne savons de quelle manière le Vatican pourra nous aider mais nous sommes sûrs et certains qu’il est maintenant au fait de toute la cruauté faite à notre encontre. Nous sommes sûrs qu’à travers cette visite et notre message, plusieurs pays seront aussi au courant. » Et si l’affaire des Chagos est référée devant les Nations Unies, selon Olivier Bancoult, « le représentant du Vatican aura son mot à dire pour défendre notre cause ».
Était également présente à la conférence de presse l’Ong Who is Hussain (Mauritius) qui, dans le cadre de la Journée des Réfugiés, célébrée le 20 juin prochain, a invité les quelque 500 Chagossiens de Maurice à un Iftaar Dinner le 11 juin au Taher Bagh.