Deux élèves du Lycée Labourdonnais, Michaël Descombes et Roan Moonoosamy, s’envoleront la semaine prochaine, avec le Professeur Fabrice Maréchalen, pour Paris, où ils représenteront leur établissement scolaire à la Maison de la Chimie. Une opportunité inouïe pour ces apprentis chimistes, en classe de 1ère S, de «défendre l’image de marque de cette profession», pivot du monde, mais souvent mal perçue dans l’opinion publique. A travers une action de communication autour de la «Nano-colle» – une révolution à venir dans le domaine de la chirurgie – ces élèves, qui figurent parmi les représentants des huit écoles finalistes des Olympiades de Chimie (concours national organisé par le ministère de l’Education française, et ouvert aux établissements français à l’étranger (AEFE), veulent porter haut le drapeau mauricien, et celui du Lycée Labourdonnais, en rappelant au monde, que “la chimie d’aujourd’hui marque des points pour demain.”
Leur projet, placé ainsi sous le thème “La chimie d’aujourd’hui, marque des points pour demain”, démarré en octobre dernier, avec la collaboration du grand chimiste français, le Pr Lubwik Liebler a en effet retenu l’attention du jury français du concours annuel, Les Olympiades de Chimie, du ministère de l’Éducation française. Et ils n’en sont pas peu fiers. La vingtaine d’étudiants de 1ère S, suivi par le Pr Fabrice Maréchalen ont bossé dur pour parvenir à ce premier résultat. Celui d’être retenus parmi les huit finalistes des 25 écoles participantes de ces Olympiades, pour pouvoir”défendre leur projet”. Un projet qui s’articule autour de la communication sur la Chimie et qui contribuera, à postériori, à l’avancée de la médecine. “C’est génial. On a réalisé un truc super. On s’est investi dans le but de gagner et voilà, on va à Paris”, disent Michaël Descombes et Roan Moonoosamy. Aux côtés de deux autres de leurs camarades de cours, Shahil Sauba, et Luana Sawmynaden, ils racontent leur expérience qui a mené la classe 1ère S, à ce résultat.