Place à la finale de la Coupe de la République aujourd’hui entre La Cure Sylvester SC et le Pamplemousses SC au New George V Stadium. La bande à Danilo Perticot tentera de remporter la première finale de son histoire alors que les Nordistes, habitués des finales, donneront le maximum pour remporter ce trophée pour la quatrième fois, après ceux de 2009, 2010 et 2013.
Ce sont deux outsiders qu’on n’attendait pas forcément à ce stade de la compétition. En effet, le néo-promu La Cure Sylvester veut réaliser un grand coup en remportant sa première finale, ce qui serait une performance inédite pour le club de la banlieue de la capitale. En demi-finale, elle a pris la mesure du Chamarel SC au stade Anjalay par 3 buts à 1 grâce à un doublé de Wisdom Onwusonye (2e, 20e) et une réalisation signée Fabrice Li Tien Kee (50e). La formation de l’Ouest de l’île a sauvé l’honneur par l’intermédiaire d’Olivier Tobie (12e). Le coach de l’équipe victorieuse, Danilo Perticot, est très content de disputer la finale et n’attend ni plus ni moins que la victoire de son équipe.
« Nous avons mérité de disputer cette finale prestigieuse. Nous défendrons crânement nos chances et nous allons faire le maximum pour emmener ce trophée à la maison, ce qui serait une performance inédite pour le club, ses joueurs ainsi que les supporters », explique notre interlocuteur qui soutient que son équipe possède l’un des meilleurs public de l’île, sinon le meilleur. « Notre public est extraordinaire. Ils nous suivent partout et nous donne de la voix pour nous encourager à nous transcender. Ils seront là pour nous motiver aujourd’hui et nous ne comptons pas les décevoir. Nous allons tout faire pour produire du beau spectacle. En tout cas, une chose est sûre, nous ne viendrons pas avec la fleur au fusil mais avec l’envie de gagner le match. Nous avons beaucoup respecté nos adversaires et c’est à eux maintenant de nous respecter », ajoute-t-il.
Un match très engagé
Danilo Perticot tient toutefois à faire ressortir que le Pamplemousses est une grosse cylindrée du championnat. « C’est une équipe incroyable qui peut faire la différence à tout moment. Ce sera toutefois du 50-50. Nous avons récupéré nos joueurs blessés dont le Nigérian Emmanuel Chife ainsi que notre défenseur Kurvin Rita qui avait été suspendu », explique le coach de La Cure. En ce qu’il s’agit du Pamplemousses SC, l’objectif sera de remporter cette compétition pour la quatrième fois. Toujours présents dans les grands rendez-vous et difficiles à manier, l’équipe entraînée par l’ex-international Henri Spéville a l’occasion encore une fois d’écrire une belle page de son histoire. Le coach et sa troupe en sont conscients et ils donneront la pleine mesure de leurs capacités pour faire la différence.
« C’est une grande fierté pour nous de disputer ce match. Chaque finale réserve ses vérités et nous aurons à coeur de glaner ce trophée pour la quatrième fois. Nous serons exacts au rendez-vous », souligne Henri Spéville qui se méfie de son adversaire du jour. « Nous avons joué à trois reprises contre La Cure en championnat et ils nous ont à chaque fois posé des problèmes. C’est une équipe très combative, solide dans les duels et qui possède en outre un gros volume de jeu. Ils sont très forts physiquement. Je m’attends à un match très engagé et mes joueurs se sont bien préparés et savent à quoi s’en tenir. Mon équipe est toujours prête », rapporte Henri Spéville. En effet, en championnat, lors de leurs première confrontation, les Nordistes l’avaient emporté sur le score de 3 buts à 2 avant de courber l’échine par 3 buts à 1. Mais Pamplemousses avaient pris les trois points de la victoire car La Cure avait aligné des joueurs qui ne devait pas disputer le match. Et lors de leurs dernières rencontres, les Nordistes s’étaient imposés sur le score de 2 buts à 1.
En demi-finale, les coéquipiers de Colin Bell avait battu Petite-Rivière-Noire FC par 3 buts à 2 avec des buts de Branly Zizi Ratovorinina (12e, 43e) et Frédérick Chavry (83e). Christopher Bazerque (43e) et Linley Lalouette (89e) s’étaient illustré pour le PRNFC. Nous nous attendons  à une lutte acharnée pour le sacre suprême aujourd’hui à Curepipe. À noter que l’accès au stade a été fixé à Rs 50.