La Cure Sylvester a remporté, hier, son premier trophée majeur en venant à bout du Pamplemousses SC en finale de l’Omnicane Republic Cup au stade George V. Les Port-Louisiens ont dû attendre la fastidieuse séance des tirs au but, remportée 5-4, pour avoir le privilège de soulever le tout nouveau trophée, après un match nul (1-1) qui aura vu les deux formations disputer les prolongations.
Il y a eu pendant le match toute une série d’émotions. De la tension à la satisfaction du travail bien fait. « Oui, c’est la victoire de toute l’équipe. Les joueurs ont parfaitement été à l’écoute, ils ont mis en pratique ce qu’ils devaient faire », lâche Danilo Perticot, coach de l’équipe de La Cure.
Il est visiblement passé par toutes les émotions pendant les 120 minutes du match. En effet, lorsque deux minutes après le coup d’envoi Colin Bell, capitaine de Pamplemousses, offre une passe décisive à Fabrini Razah, La Cure Sylvester prend un coup de massue. Forts de cette avance, les protégés d’Henri Spéville partaient à l’assaut des buts adverses, sans succès toutefois, puisque les choses ne bougeaient pas.
La Cure Sylvester, de son côté, retrouvait de son allant, sans toutefois arriver à concrétiser les occasions, comme celles de Fabrice Li Tien Kee à la 33e ou lorsque ce dernier héritait d’un centre de Wesley Lapierre, qu’il contrôlait mal.
Les deux équipes se montraient entreprenantes, mais toutes leurs tentatives échouaient, soit face au portier adverse, soit devant une défense bien organisée. « Ils ont appliqué les consignes. C’était très important si on voulait aller chercher la victoire », explique Danilo Perticot.
Les efforts de La Cure allaient être récompensés en deuxième mi-temps, lorsque Linsley Brasse propulsait le cuir au fond des filets de Kevin Jean-Louis (56e). À égalité, tout était à refaire pour les uns comme pour les autres, et chacun s’attelait à mettre l’ouvrage sur le métier.
D’un côté comme de l’autre, on ne voulait rien lâcher. En témoigne ce coup franc de Colin Bell, à la 90e minute, qui voyait Branly Zizi à la réception. Mais la tête de ce dernier passa près des buts de Macoa.
« Tout était réuni pour une finale intéressante. Les deux équipes ont eu des occasions sans parvenir à concrétiser. De notre côté, je dirais que nous avons manqué de réalisme », faisait ressortir Henri Spéville.
On se dirigeait donc vers les prolongations, où les deux équipes se sont encore donné du fil à retordre sans toutefois parvenir à concrétiser les occasions. Il y a eu en fin de rencontre une tentative de La Cure qui passait juste au-dessus des buts de Kevin Jean-Louis. L’arbitre de la rencontre, Rajindraparsad Seechurn, soufflait la fin du match, qui signifiait également la fatidique séance des tirs au but.
« On savait à ce moment-là que c’était du 50-50. Nous avions travaillé cet aspect pendant les entraînements », rappelle l’entraîneur de La Cure Sylvester. Si les joueurs sont au bord de la tension, ils n’en montrent rien.
C’est Pamplemousses qui débute et Williano Séraphin échouait sur Yannick Macoa. La Cure ripostait avec Jean-Yvan Mimi. Branly Zizi permettait à Pamplemousses de revenir à égalité, avant qu’Yves Noumé, deuxième tireur côté port-louisien, n’échoue devant Jean-Louis.
À égalité (1-1), les tireurs suivants assuraient, jusqu’à ce que Fabrini Razah voie son tir échouer et que Yannick Macoa, le portier de La Cure, prenne le risque de tirer. Pari gagnant, puisqu’il libère les siens en leur offrant la victoire 5-4. « Ce n’est pas mon premier tir contre Kevin Jean-Louis. J’ai déjà réussi trois tirs au but contre lui », souriait le portier du camp port-louisien.
Henri Spéville, lui, faisait grise mine. « Ce n’est pas facile à digérer. Il nous faut faire avec, d’autant que nous devons maintenant nous ressaisir en vue du championnat », remarque l’entraîneur de Pamplemousses.
Du côté de La Cure, on a aussi la tête à la ligue. « Nous ne sommes pas au mieux dans le championnat. Mais cette victoire nous servira de boost pour la suite de la saison », conclut Danilo Perticot. Il pourra aussi compter sur le soutien de ses nombreux fans.