Omnicane Limited et Standard Bank (Mauritius) Limited ont tenu à marquer, hier soir, lors d’une réception au Hennessy Park Hotel, Ébène, l’incursion réussie du groupe sucrier sur le marché obligataire, réalisant à ce jour une levée de Rs 2 milliards (une première tranche de Rs 1 080 millions suivie d’une deuxième de Rs 920 millions), soit le montant le plus élevé jamais réalisé par une société cotée sur le marché officiel de la Bourse. La Standard Bank (Mauritius) Limited a agi en tant que « Mandated Lead Arranger » pour cette levée de capitaux qui permettra à Omnicane d’assurer le financement de ses ambitieux projets de développement tant à Maurice que dans la région.
Sur les conseils de la Standard Bank (Mauritius) Limited, Omnicane avait lancé vers la mi-2012 un Multicurrency Medium Term Note Programme de Rs 3 milliards, soit une émission d’obligations en trois tranches de Rs 1 milliard avec pour objectif de lever des capitaux frais pour le financement de son plan de développement futur. La première tranche de Rs 1 md, programmé en juillet 2012, a été sursouscrite de plus de Rs 600 millions, amenant la direction d’Omnicane à retenir un montant additionnel de Rs 80 millions pour porter la valeur totale de l’émission d’obligations à Rs 1 080 millions. L’obligation, ayant une maturité de 5 ans, est rémunérée au taux de 7,15 % l’an. Lancée quelques mois après, la seconde tranche de l’émission d’obligation a permis à Omnicane de lever Rs 920 millions, le titre ayant cette fois une maturité réduite (3 ans) et une rémunération de 5,7 % l’an. « Les Rs 2 milliards levés jusqu’ici sur le marché obigataire constituent un record pour une société cotée en Bourse », s’est félicité Jacques d’Unienville, Chief Executive Officer (CEO) d’Omnicane. Il a salué la confiance démontrée par les investisseurs dans Omnicane.
Jacques d’Unienville a ensuite élaboré sur les développements en cours et à venir à son complexe industriel à La Baraque et sur ses projets d’expansion et de diversification aux plans local et régional. Se référant à la modernisation du complexe, il a annoncé que le groupe s’est doté d’une usine de raffinage du sucre d’une capacité de production d’environ 200 000 tonnes annuellement. À La Baraque, se trouve également une centrale thermique de 90 mégawatts utilisant à la fois la bagasse et le charbon. C’est l’une des plus grandes unités de co-génération à travers le monde, fait-on ressortir dans les milieux d’Omnicane. Le groupe sucrier envisage, par ailleurs, de mettre en route vers la fin de cette année une nouvelle distillerie de bio-éthanol d’une capacité de production de 30 millions de litres. Une nouvelle société, Omnicane Ethanol Holding Limited, a été créée à cet effet pour prendre le contrôle d’Alcoodis Ltd. « Our ethanol company will produce liquid fertiliser and food-grade dioxide in addition to ethanol », annonce la direction du groupe.
Ferme éolienne
Toujours dans le domaine de l’énergie renouvelable, Omnicane avait en 2009 initié des études préliminaires sur un projet d’installation d’une ferme éolienne de 22 mégawatts à Britannia. Les études se sont révélées concluantes et le projet a été présenté aux autorités pour approbation. Pour Omnicane, ce projet cadre avec le concept de Maurice île Durable et est en ligne avec la stratégie à long terme de Maurice en matière de production énergétique.
Omnicane se diversifie également dans l’hôtellerie, faisant construire un nouvel établissement non loin de l’aéroport SSR à Plaisance et dont la gestion sera assurée par Holiday Inn. L’hôtel comprendra 140 chambres et 8 suites et une grande salle de conférence. La construction, qui sera selon toute probabilité complétée à la fin de cette année, nécessitera des investissements totaux de Rs 820 millions.
Dans la région, c’est le Kenya et le Rwanda que le groupe Omnicane a en point en mire. Une partie des ressources financières obtenues à travers l’émission d’obligations va servir à la prise de participation, à hauteur de 25 %, du groupe mauricien dans le capital (80 millions de dollars) de la société sucrière kenyane, Kwale International Sugar Company Limited (KISKOL). La part d’Omnicane dans le capital de KISKOL représente USD 20 millions (environ Rs 600 millions) avec option de porter la participation à 50 %. Cependant, le coût total du projet de création de cette nouvelle entreprise sucrière est estimé à USD 200 millions. Pour compléter l’apport de USD 80 millions en capital, les promoteurs — Omnicane et le groupe kenyan, Pabari Investments Limited — ont fait appel à un consortium de banques mené par Standard Bank (Mauritius) Limited et comprenant des banques mauriciennes (MCB, SBM et AfrAsia) pour l’obtention de crédits de l’ordre de USD 120 millions. L’usine sucrière de Kwale aura une capacité de broyage de 3 000 tonnes de cannes par jour et sera dotée d’une centrale thermique d’une capacité de 17 mégawatts. Au Rwanda, c’est dans la production énergétique qu’Omnicane a prévu des investissements. Ceux-ci, estimés à USD 15 millions, contribueront à la réalisation d’une centrale hydroélectrique de 6 mégawatts.
Real Good Food
Jacques d’Unienville a, par ailleurs, évoqué la participation (20 %) d’Omnicane dans Real Good Food Limited UK, un gros distributeur de sucre non raffiné en Europe et alimentant un large éventail de détaillants. Dans le domaine de la diversification agricole, Omnicane compte développer la production de pommes de terre et d’autres légumes et produits horticoles (l’anthurium en particulier).
Dans son intervention lors de la réception d’hier soir, Lakshman Bheenick, Chief Executive de la Standard Bank (Mauritius) Limited, s’est réjoui de l’association entre la banque sud-africaine et Omnicane pour l’opération d’envergure sur le marché obligataire. Pour lui, la réussite de l’émission d’obligations d’Omnicane met en lumière le développement du marché obligataire à Maurice, notamment pour les entreprises qui cherchent à diversifier les sources de financement. Ce développement aide également les investissements dans leur stratégie de diversification de leurs portefeuilles d’investissement. « Il y a définitivement des opportunités pour les sociétés qui souhaitent diversifier leurs sources de financement. La Standard Bank est prête à les soutenir dans l’élaboration de leur stratégie en matière de financement », a déclaré Lakshman Bheenick qui n’a pas manqué de faire état de l’apport de la PTA Bank et des banques africaines et mauriciennes dans le financement du projet sucrier d’Omnicane au Kenya.
« Africa is growing and through arranging the funding of the Kwale International Sugar Company Limited project in Kenya, Standard Bank is well positioned to meet the needs of clients across key products segments and multiple geographies », a soutenu Lakshman Bheenick. Il a rappelé que la Standard Bank est le premier groupe bancaire en Afrique, qui opère dans 18 pays africains et 13 autres hors du continent. Le groupe avait, à fin décembre 2011, des actifs totaux d’environ USD 185 milliards. Quant à Standard Bank (Mauritius) Limited, ses actifs se montaient à USD 1,6 milliard au 30 septembre 2012.