Finalement, le virus Ebola fera plus que des victimes humaines. C’est le moins qu’on puisse dire, puisqu’il semble que le sport fait aussi les frais de ce mal contre qui l’humanité semble avoir déjà perdu bataille, en raison de sa prolifération effrénée, notamment en Afrique. Après les Championnats d’Afrique de Natation et la CAN au Maroc où semble-t-il les dés sont définitivement jetés, les 11es Jeux d’Afrique qui doivent se tenir du 4 au 19 novembre 2015 pourraient être amputés de l’équipe de Maurice. Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Devanand Ritoo a confirmé hier matin l’information selon laquelle Maurice s’apprête à déclarer forfait à ces Jeux en raison du virus d’Ebola. Le ministère a aussi envoyé une lettre au Comité Olympique Mauricien (COM) pour l’informer de sa décision qui sonne comme un coup de massue sur la tête de plusieurs spoortifs qui sont en lice pour une qualification pour les Jeux Olympiques de RIO en 2016.
«Effectivement, le ministère des Sports nous a envoyé une communication pour nous informer de la décision du gouvernement de ne pas participer aux 11es Jeux d’Afrique. C’est une décision que nous sommes amenés à respecter en raison des risques que compte un tel déplacement dans un pays touché par le virus. Le problème, même si ces Jeux ne sont pas toujours sous le contrôle de l’ACNO, est que pour beaucoup de disciplines c’est une épreuve qualificative pour les JO de RIO», lâche le président du COM, quelque peu désarmé devant une telle situation.
En effet, pour le tennis de table, la lutte, le judo, le beach volley, l’athlétisme entre autres, la question est de savoir comment gagner sa place pour les JO sans passer par la République Démocratique de Congo Brazzaville. «Le COM a déjà écrit au MJS pour expliquer cette situation et j’ai aussi parlé avec le président de l’ACNOA, Lassana Palenfo. Ce dernier m’a expliqué qu’il n’a pas beaucoup de réponse devant la décision de Maurice, mais il a aussi expliqué que les fédérations internationales pourraient décider sur la marche à suivre», dira encore Philippe Hao Thyn Voon.
Sans se montrer fataliste, le ministre Devanand Ritoo soutient à Week-End que pour l’heure, c’est la décision du gouvernement. «Il faut reconnaître que c’est un risque énorme et en tant que ministre responsable, je ne pouvais prendre aucun risque, car Brazzaville est une ville qui a été frappée par Ebola. Cependant, les choses  peuvent évoluer positivement dans les mois à venir,je l’espère. Nous agirons en fonction», a soutenu le ministre, hier, au téléphone.
Par ailleurs, Philippe Hao Tyn Voon et Vivian Gungaram sont actuellement dans la ville d’Alger (Algérie) pour participer aux séminaires des secrétaires généraux de l’ACNOA et à un séminaire pour les présidents des CNO sur la bonne gouvernance. Après Alger, le président du COM mettra le cap sur la Thaïlande pour participer au congrès de l’ACNO.