L’Open University of Mauritius a depuis presqu’un an déjà, établi un campus universitaire à Bel-Air qui a été inauguré par le Premier ministre en septembre dernier. Ce campus universitaire a accueilli mercredi après-midi une foule de personnes pour la cérémonie de lancement de l’International Institute of Technology Research Academy (IITRA), en collaboration avec celle de Dehli.
Environ un an après son ouverture, l’Open University de Bel-Air vient proposer à une élite d’étudiants des maîtrises et des doctorats en matière de haute technologie sous la tutelle de l’IITRA, en collaboration avec celle de Dehli et le support du Mauritius Research Council (MRC). L’IIT Delhi va octroyer les diplômes pendant les cinq premières années et à partir de la sixième année, l’académie de recherche devrait pouvoir le faire indépendamment. L’IITRA sera ensuite connue en tant qu’International Institute of Technology of Mauritius.
Le Campus de Bel-Air, dans ce projet, sera utilisé comme branche du campus principal qui se situera à Montagne-Longue. Avec trois grandes salles de conférences et plusieurs salles de classe qui ont la capacité de contenir environ 600 étudiants, Bel-Air servira de base de recherche pour ces personnes intéressées à toutes les avancées technologiques telles que la robotique, entre autres.
Le projet d’IIT a débuté il y a environ deux ans et demi et Rs 228 M ont été investis par le gouvernement à Bel-Air pour mener à bien ce projet. Au niveau des étudiants, cette institution prévoit d’accueillir l’élite des étudiants provenant d’Afrique et de l’Inde ainsi que de Maurice choisis par l’IITRA de Delhi. Les professeurs viendront directement de Delhi.
D’autre part, l’Open University de Bel-Air, active depuis septembre de l’année dernière, propose des cours à plein-temps ainsi qu’un programme de Distance Learning. Les procédures d’admission se font à l’Open University de Réduit. Le campus de Bel-Air a lui coûté environ Rs 1 M d’investissement pour être mis sur pied. Ces activités ont toutefois diminué pendant un certain temps pour pouvoir accueillir l’IIT qui déménagera ensuite à Montagne-Blanche.