Les jeunes musiciens d’Opera Mauritius Youth Orchestra ont fait découvrir et redécouvrir les airs de plusieurs grands compositeurs allemands aux mélomanes mauriciens. Après deux mois de répétitions, dix instrumentistes talentueux ont fait leur apparition sur la scène musicale.
C’est dans une ambiance intime et feutrée que s’est déroulé le premier concert de l’Opera Mauritius Youth Orchestra, le dimanche 2 octobre au Centre Culturel d’Expression Française (CCEF) de Curepipe. Devant une salle remplie de mélomanes, dix jeunes musiciens se sont produits durant une heure, sous la houlette de Martin Wettges. On peut toutefois regretter l’exiguïté de la scène : les musiciens paraissaient être entassés, et les spectateurs avaient du mal à observer distinctement chaque instrumentiste.
Solo.
Après avoir ouvert le récital avec L’île des fantômes de Johann Rudolf Zumsteeg, musicien allemand de la fin du XVIIIe siècle, nos jeunes musiciens s’attaquent au concerto en sol majeur pour violon et orchestre KV 216 du célèbre Wolfgang Amadeus Mozart. Avec comme chef d’orchestre Martin Wettges, violons, violoncelle, flûte, saxophone, basson et trompette se mettent à l’unisson. L’air est joyeux, avec un premier mouvement joué allegro. Le premier violon de l’orchestre, Guy-Noël Clarisse, exécute brillamment le premier solo du concert. Ce jeune homme de 24 ans, ancien élève du violoniste Gérard Telot, a remporté l’année dernière la Brad Cohen Travel Bursary, qui lui a permis de s’envoler pour l’Angleterre et y suivre un cours de quatre semaines à la Darlington International Summer School.
Rompant complètement avec le style de Mozart, les invités de l’Opera Mauritius Youth Orchestra débarquent ensuite sur scène. Une troupe de 10 flûtistes, sous la direction artistique de Leslie Merven, entonne à l’unisson trois petits airs traditionnels pour ensemble de flûtes à bec, Greensleeves, Bransle et Watkins’ Ale. Par leur prestation, les flûtistes redorent le blason de la flûte à bec, et rappellent aux spectateurs qu’elle n’est pas qu’un simple instrument que l’on découvre en classe de musique à l’école.
Chant.
Le récital change complètement d’ambiance une nouvelle fois. Sandrine Thomas-Herchenroder, soliste de l’Opera Mauritius Academy, rejoint l’orchestre pour interpréter un air allemand de Georg Friedrich Händel, Künft’ger Zeiten eitler Kummer. Avec Martin Wettges au piano, et tout l’orchestre au diapason, cette jeune soliste, qui a récemment interprété le rôle de Hansel dans l’opéra familial Hansel et Gretel, nous a encore une fois montré l’étendue de son talent, dans une prestation aérienne tout en douceur.
Händel est resté au programme pour le morceau suivant, mais seuls trois musiciens se sont relayés pour soutenir le chant de la jeune soliste Ophélie Espiègle, de l’Opera Mauritius Childrens Choir. Après avoir interprété la fée Rosée dans l’opéra Hansel et Gretel, cette toute jeune fille revient sur scène pour interpréter un air allemand, avec sa voix cristalline, au son du violon de Roxane Firmin, du violoncelle de Benjamin Saramadith et du piano de Martin Wettges.
Haut niveau.
Le morceau suivant peut véritablement être considéré comme le clou du spectacle. Succédant à Martin Wettges, Kenneth Babajee s’installe au piano. Les premières notes du concerto en do majeur pour piano et orchestre KV 246 de Mozart s’élèvent en allegro aperto. La prestation de Kenneth Babajee est tout simplement époustouflante car ce concerto demande une dextérité incroyable. Un défi que le jeune pianiste relève les doigts dans le nez ! Rien ne vient perturber sa cadence, et il l’exécute avec une facilité incroyable. Du bout de la salle, on réalise qu’il est vraiment en train de s’amuser. Les autres musiciens de l’orchestre le suivent avec brio dans cet exercice périlleux.
Pour clôturer le récital, les musiciens de l’Opera Mauritius Youth Orchestra nous offrent un voyage en Autriche, le long du Danube Bleu de Johann Strauss Fils. Un grand classique bien connu des mélomanes, exécuté avec panache, pour montrer au spectateur le fruit de deux mois de travail.
Le prochain concert d’Opera Mauritius aura lieu ce dimanche 9 octobre au MGI. Martin Wettges et Michael Krauss feront découvrir au public mauricien les lieder allemands du XIXe siècle, avec Le chant du cygne de Schubert, et Les amours du poète de Schumann.