La première de Dido & Aeneas de Henry Purcell, produite par Opera Mauritius, prend place dans une semaine, vendredi 11 octobre, à 19 h 30, à l’amphithéâtre de plein air du Vanilla Village à Petite-Rivière-Noire. Cette nouvelle scène accueille ainsi son premier spectacle. L’amour sacrifié de Didon pour Énée nous fera aussi découvrir le seul opéra du grand compositeur anglais, une oeuvre majeure du répertoire baroque, style très rarement présenté à Maurice. Les autres représentations sont prévues les 12, 18 et 19 octobre.
La musique baroque s’est d’abord tout particulièrement déployée en Italie (notamment sous l’influence de Monteverdi) avant de se décliner dans différents pays d’Europe tels que l’Angleterre. L’ère baroque, de 1600 à 1750, a amené la genèse de l’opéra, les premiers orchestres et l’épanouissement des musiques instrumentales. Dans l’Angleterre de la fin du XVIIe, Henry Purcell est très apprécié à la cour pour les nombreuses oeuvres, plus de cinq-cents, qu’il a écrites. Dido & Aeneas sera pourtant son unique véritable opéra, La reine des fées et Le Roi Arthur étant plutôt considérés comme des semi-opéras.
« Dans cet opéra, nous explique Ludivine Petit qui dirige la mise en scène, la dramaturgie est très compacte, il n’y a rien de superflu. C’est un concentré d’énergie, de sentiments, ainsi que de concepts littéraires et mythologiques, à tel point qu’on a l’impression que cela dure plus d’une heure, alors qu’il n’atteint même pas cette durée. Tout tourne autour de la question du destin et du rapport difficile que les héros entretiennent avec lui. Aussi, malgré la destinée d’Énée qui est connue d’avance, à un moment donné Carthaginois et Troyens vont fraterniser. Didon et Énée se rebellent contre le diktat des dieux en décidant de vivre leur union. J’aime particulièrement cet aspect utopique de l’oeuvre. »