Quinze mois après l’écroulement de l’empire Rawat et avec l’adjudication des joyaux de la couronne BAI, soit les actions au sein de Britam (Kenya) et la clinique Apollo-Bramwell, la National Insurance Company Ltd (NIC), qui a pris la relève de ce groupe d’assurance, passe à une autre étape. En effet, dès le début de la présente année financière, le Board de la National Insurance Company Ltd a pris la décision de faire un toilettage des investissements du groupe Rawat dans le cadre d’un exercice de “Rebalancing of Portfolio”. Un tri a déjà été effectué dans la gamme de propriétés immobilières et foncières, qui ont été transférées par le Special Administrator de BAI Co (Mtius) Ltd and Related Entities, Yacoob Ramtoola. Les premières propriétés foncières sont mises sur le marché alors que dans d’autres cas, des discussions de gré à gré avec d’éventuels acquéreurs sont en cours pour d’autres deals fonciers.
Dans les milieux officiels de la NIC, l’on fait comprendre que la réalisation de ces avoirs immobiliers, appartenant au groupe BAI, dont le Chairman Emeritus, Dawood Rawat, bénéficie toujours de l’immunité de la France contre toute extradition, s’inscrit dans la logique établie depuis leur transfert. « Depuis l’année dernière, nous avons déjà mis en vente des véhicules, dont des voitures de luxe, qui avaient fait l’objet de séquestre judiciaire. La décision était qu’après la première année financière, soit à partir du 1er juillet de cette année, l’étape du rééquilibrage de l’Investment Portfolio touchera les propriétés foncières et immobilières. C’est ce qui est fait depuis le 1er juillet », a fait comprendre au Mauricien une source autorisée au sein de la NIC.
Ainsi, dans un premier temps, cinq propriétés sont mises ces jours-ci sur le marché avec des avis dans la presse dominicale, soit une portion de terrain de 21 arpents et 69 perches à Petite-Etoile, Sébastopol, 11 arpents et 77 perches à Petit-Paquet, Montagne-Blanche, 25 perches sur la route Royale à Rose-Hill, 33 perches rue Boundary, à Rose-Hill et 11,9 perches rue Frère Félix de Valois au Champ-de-Mars, Port-Louis.
Ces transactions se feront par voie d’appel d’offres avec les acquéreurs éventuels soumettant leurs cotations au plus tard à 12h le 12 août prochain ainsi que des “appropriate property bid forms”. Ils devront également effectuer un dépôt de Rs 100 000 et auront un délai de 15 jours pour compléter les deals au cas où leurs offres sont retenues, faute de quoi le dépôt sautera. Des sources concordantes avancent que les recettes escomptées de ces ventes sont évaluées à Rs 200 M.
Subséquemment, la NIC compte également procéder à la vente d’une série de propriétés immobilières, situées dans des Prime sites à Port-Louis et dans les Plaines-Wilhems, comme le complexe de Castel, l’une des vitrines du défunt groupe BAI, évalué à plus de Rs 180 M, l’immeuble en pierre à toucher du Jardin de La Compagnie, accueillant actuellement une succursale de Courts avec un Price tag de Rs 145 M, l’immeuble de MauBank, ancien siège social de la South East Asian Bank avant sa conversion en Bramer Banking Corporation Ltd, rue Bourbon, dont la valeur est de Rs 70 M, y compris le bâtiment et le Freehold sans compter des emplacements pour une valeur de plus de Rs 50 M dans le complexe Labourdonnais Court, à Port-Louis, et de quelque Rs 25 M à Manhattan, à Curepipe.
Dans ce même contexte, le Board de la NIC ne compte pas se séparer du complexe Phoenix-Les-Halles, où le nouveau concessionnaire de la marque Mercedes, succédant à Iframac, continue d’occuper une bonne partie des locaux. « Les Rentals obtenus avec Phoenix-Les-Halles sont considérés comme étant économiquement viables et dans la conjoncture, nous ne voyons aucune nécessité de mettre cette propriété sur le marché », souligne-t-on.
De son côté, l’équipe du Special Administrator de BAI Co (Mtius) Ltd and Related Entities confirme avoir déjà fait transférer tous les avoirs immobiliers du défunt groupe BAI à la National Property Fund Ltd. Ce portefeuille immobilier comprend les appartements de luxe de Diplomat Gardens dans l’enclave diplomatique de Floréal, avec des recettes envisagées de quelque Rs 400 M. Mais à ce jour, les démarches entreprises pour vendre ces produits immobiliers se heurtent à des difficultés sur le marché compte tenu des conditions existantes.
Le Special Administrator du groupe BAI tente encore de mettre au point la vente du complexe commercial et de loisirs Kapu Kai à Grand-Baie. Le montant de la transaction est de l’ordre de Rs 275 M avec un acquéreur déjà identifié. Mais les procédures menant à la signature de l’acte de vente se veulent des plus complexes, tout comme c’est le cas avec la vente de BA Exchange et son réseau de guichets de change de Western Union pour une somme de Rs 200 M. « Cela progresse », laisse-t-on entendre dans les milieux officiels, concédant que des obstacles sont encore à surmonter.
Avec la clinique Apollo-Bramwell, dont le feu vert du Conseil des ministres a été obtenu vendredi dernier, la NIC Health Care Ltd compte bénéficier de loyers annuels de Rs 50 M par an au cours des cinq prochaines années et des montants variant entre Rs 500 M et Rs 630 M sous le Management Contract convenu avec la société Omega Ark plc, désignée depuis la fin de l’année dernière comme étant le Preferred Bidder.
Le projet d’Outright sale de la clinique de Dawood Rawat au prix de Rs 2,1 milliards ne s’est pas matérialisé. Les autorités ont pris la décision de se rabattre sur le plan B du Management Contract étant donné que jusqu’ici, la gestion de la clinique a englouti Rs 196 M en moins d’une année et que « the aggregate amount of liabilities for the NIC Healthcare Ltd as at 30 June 2016 was Rs 256 million ». Toutefois, cette décision fait des mécontents, car d’autres soumissionnaires, optant pour le Management Contract dès le départ, affirment avoir été injustement écartés de l’exercice vu qu’Omega Ark plc avait décroché le statut de Preferred Bidder pour la vente de la clinique et non le Management Contract.
Un autre gros morceau auquel devra s’attaquer le Special Administrator porte sur le recouvrement de quelque Rs 500 M de Media Financial Footprint au sein de MediaMatrix Ltd, Yukondale Ltd et Logandale Ltd. « Nous mettons actuellement au point les derniers détails de ces réclamations, car il y a une participation d’au moins 40 % dans le capital de MediaMatrix Ltd. Nous allons devoir identifier à qui vendre les 40 % pour récupérer les placements effectués dans le secteur de la presse par Dawood Rawat », confirme-t-on dans les rangs de l’équipe du Special Administrator de BAI Co Mtius (Ltd) and Related Entities.
Tout le dossier du groupe BAI reviendra sur le tapis demain lors du Question Time à l’Assemblée nationale. Le député de l’opposition Aadil Ameer Meea interpellera le ministre des Services financiers, Roshi Bhadain, à ce sujet. Par rapport aux dossiers de Super Cash Back Gold and Bramer Asset Management Policies of the former BAI Co (Mtius) Ltd, le député demandera au ministre de révéler le montant recouvert jusqu’ici par les Special Administrators par rapport aux prévisions initiales, la somme remboursée aux détenteurs de polices d’assurance sous le Super Cash Back Gold et les placements à la Bramer Assets Management Ltd. Il lui demandera également quand il envisage d’effectuer les remboursements aux institutions.