« Mo finn passe en revue de sa bann allégations ki finn fer et mo finn gagn lokasyon aussi koz avec Ravi Yerrigadoo. Bien sûr, Ravi Yerrigadoo pe travay avec so bann avoka pou réfute sa bann allégasyon la mais mo panser ki, surtout kan enn déclarasyon inn fer à l’ICAC et kinn avoye aussi enn kopi de laffidavidit juré par la personne ki pe fer sa bann allégasyon à la police, étant donné que Ravi Yerrigadoo li Attorney General, mo finn demande li pou li step down, pou ki nou laisse lanket fer en toute transparans et en toute indépendans. Et bien sûr li pou konsantré li lor tout sa bann allégasyon qui pe fer kont li », a déclaré le Premier ministre en précisant qu’il ne faisait qu’une déclaration au sujet de cette affaire, qui défraie la chronique depuis le début de la semaine.
Pravind Jugnauth a ajouté qu’il a eu un entretien avec Ravi Yerrigadoo. « Mo bizin dir ki li (Ravi Yerrigadoo) totaleman dakor avec seki mo finn proposer et antretan mo pe nomme Maneesh Gobin comme Attorney General. Lanket ava swiv so kour et dans l’éventualité Ravi Yerrigadoo pou clear so nom évidaman il pou retourner comme Attorney General », a-t-il dit dans la partie liminaire.
À l’heure des questions, le Premier ministre a précisé que « valer di zour pa ankor ena okenn kondamnasion. Parski pou pizin pran enn desizion eski ena matière à pourswit avant tout mais nou pa encore arriv ziskà la. Mais selman, enn kitsoz ki mo oule kler, parski foder ki lanket fer en toute indépendans et foder pa ena enn persepsion n ki ena enn entrave à lanket ki pou fer… »
Au sujet du fond des allégations proférées contre Ravi Yerrigadoo, le Premier ministre a évité de faire des commentaires, préférant attendre la conclusion de l’enquête en cours. « Mo redire, li pa enn kestion ki so larguman pann konvinc mwa. Li enn kestyon pou mwa sirtou de persepsion ki fode pa. Li Attorney General, si li ti kontinye reste Attorney General ou ti pou dir mwa ki ena enn persepsion ki li kontinye reste en poste alors ki ena enn lanket pe fer et ki de ce fe, li kapav blok bann lanket ou bien kapav fer kitsoz. La o mwin li kler. O mwin li kler ki lanket fer et nou à guetter », s’est-il appesanti.
Pour sa part, Ravi Yerrigadoo a eu recours à une mise en demeure au Mauricien et à L’express après la publication de la série d’articles au sujet de l’opération Dhobi de Klas. L’avoué Ragavoodoo, dont les services ont été retenus par l’Attorney General en partance, avance que « there has never been any communication, correspondance and/or exchange between Ravi Yerrigadoo and BET 365 UK ». Ravi Yerrigadoo nie les accusations relatives à toute correspondance au sujet de cette affaire.
Dans un autre ordre d’idées, l’avoué Ragavoodoo fait ressortir que « Ravi Yerrigadoo has not facilitated the opening of any bank accounts in favour of M. Hussein Abdool Rahim nor of Sylvio Sundanum in any banks in Mauritius or abroad ». Ravi Yerrigadoo prend également ses distances par rapport aux démarches en vue de procurer au Whistleblowers, qui est sous le coup d’une procédure pénale pour le délit de Swindling, de Character Certificate ou encore des Variations Orders en faveur de celui-ci. En conclusion, la mise en demeure allègue que « your publications are absolutely and completely false, fabricated and malicious ».
Avec un premier rendez-vous au QG de l’ICAC en compagnie de son homme de loi, Me Ashley Hurhangee, Hussein Abdool Rahim a été entendu en tant que « potentiel témoin » dans cette enquête d’allégations de blanchiment de fonds d’un montant de 2 354 350 euros (Rs 95 millions environ), notamment sous la section 49 (1) (b) du Prevention of Corruption Act. C’est ce qu’a indiqué Me Hurhangee après cette première séance de travail. Outre les détails des dénonciations, le Whistleblower a également évoqué les liens entre Ravi Yerrigadoo et Sylvio Sundanum.
Le dénommé Abdool Rahim a allégué que lors d’une des rencontres avec l’ancien Attorney General et le General Manager de Dry Cleaning Services Ltd en sa présence, il avait été question de plan pour l’arrestation d’un incontournable du monde du jeu. « Bizin bez li ek ferme li sa bougre-là. Pa blyé li ti finance kanpagn elektoral un tel ek untel (les noms de ces deux politiciens sont cités) », aurait été décidé. Et quelques jours après, ce « zougader de premye plan » et qui fait parler de lui au Mauritius Turf Club avait été arrêté. Il n’a pas manqué de faire état de ses craintes de représailles suite à ses dénonciations en bonne et due forme.
Un nouveau rendez-vous a été fixé pour la fin de la semaine à l’ICAC. Abdool Rahim devra soumettre ses téléphones cellulaires et ses ordinateurs pour les besoins d’authentification et de contre-vérifications des messages e-mails, SMS ou WhatsApp échangés entre les protagonistes depuis au moins novembre de l’année dernière. Ce décryptage informatique constituera une étape majeure dans le cadre de la Preliminary Enquiry sous les dispositions de la Prevention of Corruption Act avant que l’ancien Attorney General, Sylvio Sundanum et Dick Kwan Tat ne soient convoqués et entendus formellement.
Affaire à suivre…