L’ancien ministre des Finances Vishnu Lutchmeenaraidoo a fait servir en fin de semaine une mise en demeure à la State Bank of Mauritius Ltd. L’objectif de cette démarche est de chercher à obtenir l’identité de la taupe opérant au sein de la banque dans cette affaire de fuite du Loan Document en date du 11 septembre 2015 pour le prêt de 1,1 million d’euros à 1,5 %, dont il a bénéficié.
C’est la teneur principale de cette mise en demeure même si à hier, le conseil légal du ministre Lutchmeenaraidoo, qui fait l’objet d’une enquête de l’Independent Commission Against Corruption sous le Prevention of Corruption Act, Me Jaykar Gujadhur, n’a pas voulu confirmer ce détail. « Mon client ne m’a pas donné l’autorisation pour cela », a-t-il déclaré au Mauricien à ce sujet, hier.
La publication dans la presse écrite et virtuelle du Loan Document de 1,1 million d’euros durant le week-end du 12 mars a marqué le début de l’opération Goldfinger. Dans un premier temps, le Top Management de la State Bank of Mauritius avait été sommé par la Banque de Maurice d’instituer une enquête pour identifier l’auteur de cette fuite d’informations relevant du secret bancaire. L’ancien juge Bushan Domah a été appelé en renfort pour les besoins de cet exercice suite à une décision du conseil d’administration de la State Bank of Mauritius.
Mais il semblerait que cette enquête interne n’a pas eu de suite vu que l’Independent Commission Against Corruption a obtenu quatre Judge’s Orders pour avoir accès à toutes les transactions bancaires de l’ancien ministre des Finances. Les recommandations de l’ICAC contre Vishnu Lutchmeenaraidoo sont actuellement à l’étude à l’Office of the Director of Public Prosecutions.