La Navin’s Coffers Saga avec l’opération Lakaz Lerwa Lion est agrémentée de deux nouveaux dossiers, soit l’affaire de pots-de-vin de deux millions de dollars en marge des problèmes géologiques sur le site du projet de Bagatelle Dam et des allégations de maldonnes et de trafic d’influence lors de l’octroi de contrats d’une valeur de plus de Rs 500 millions par la National Development Unit (NDU) sous le précédent gouvernement, dirigé par Navin Ramgoolam. Les étapes préliminaires des enquêtes ont déjà été enclenchées avec dans le premier cas les autorités italiennes en présence d’informations relatives à deux importants transferts bancaires sur des comptes de proche de Nandanee Soornack pour l’acquisition d’une propriété immobilière à Parme en Italie. Dans le second cas, l’ancien vice-Premier ministre et ministre des Infrastructures publiques Anil Bachoo a été convoqué pour mercredi par le Central CID en vue de son interrogatoire Under Warning et de nouvelles inculpations provisoires.
Dans le volet du Bagatelle Dam, l’ancien Premier ministre Navin Ramgoolam est monté au créneau pour prendre ses distances de cette affaire de commissions de deux millions de dollars versées par les contracteurs étrangers avec les problèmes rencontrés sur le site de ce projet et la nécessité d’injecter une somme additionnelle de Rs 2 milliards. Les détails de ce nouveau scandale, avec des ramifications à Singapour et en Europe dont l’Italie, sont que le transfert initial de deux millions de dollars a été effectué le 8 décembre 2011 d’une banque à Singapour dans le compte d’une société mauricienne en vue de ne pas éveiller les soupçons des régulateurs à ce sujet.
Aussitôt la réception de ce transfert, plus de la moitié devait être virée en décembre 2011 en deux tranches. Un versement de Rs 10 millions, soit 245 000 euros, a été répertorié dans un compte à une proche de Nandanee Soornack en Italie. L’Invoice Number de cette transaction est B. Soor 9020 à la Banca Popolare di Milano SCARL au nom de Banu Mattee Soornack. Cette somme et également une autre tranche plus importante auraient été utilisées pour assurer le financement d’une acquisition immobilière au nom de Nandanee Soornack en Italie.
Ces détails sur ces transferts de fonds ont été communiqués aux autorités italiennes et à Interpol en marge de la demande d’extradition de Madam Ou Kone Ki Mwa en vue d’initier une enquête pour blanchiment de fonds et éventuellement la saisie de cette propriété immobilière avec du Black Money.
A Maurice, les autorités tentent de compiler les preuves à l‘effet que quelque 900 000 dollars ont été converties en roupies chez un cambiste de renom de la place, montant qui avait été placé dans des valises à destination du « bénéficiaire dont l’identité demande à être confirmée officiellement ». Cette nouvelle vient s’ajouter à d’autres affaires de blanchiment de fonds impliquant Nandanee Soornack en première position avec des acquisitions immobilières en Roumanie.
D’autre part, l’ancien vice-Premier ministre et ministre des Infrastructures publiques est sous le coup d’une nouvelle convocation du Central CID. Le rendez-vous, qui a été fixé pour mercredi, attend confirmation de la part d’Anil Bachoo. Ce dernier sera interrogé sur une série de contrats pour un montant de plus de Rs 500 millions, qui ont été alloués par la NDU sans passer par les procédures sous la Public Procurement Act avec des allégations de maldonnes, de trafic d’influence et d’abus d’autorité.