Pratiquement un mois après son arrestation, avec Rs 220 millions + Rs 4 millions saisies lors des perquisitions à son domicile, l’ancien Premier ministre Navin Ramgoolam subi sa toute première séance d’interrogatoire depuis la mi-journée. En effet, l’ancien chef du gouvernement s’est présenté aux Casernes centrales peu après midi aujourd’hui en présence de son panel d’hommes de loi, et ce pour le coup d’envoi de cette étape déterminante de l’enquête. Les derniers recoupements d’informations tendent à confirmer que le “Cover-Up” de l’agression au bungalow de Roches-Noires devrait constituer le premier dossier abordé par les enquêteurs du Central CID.
Le Legal Panel de l’ancien premier ministre, dont Me Showkut Oozeer et Nadeem Hyderkhan, s’est présenté dans les locaux du Central CID à 12h03 suivi, quelques minutes plus tard, par le suspect, Navin Ramgoolam. Après les premières procédures, l’ancien Premier ministre devait grimper les marches menant à l’Interrogation Room du Central CID. Les seules indications au sujet de cette nouvelle étape de l’opération « Lakaz Lerwa Lion » sont que la Special Cell du Central CID, menée par le surintendant de police Mannaram et l’assistant surintendant de police Rugbur, sous la supervision de l’assistant commissaire de police Heman Jangi, devrait démarrer cet exercice avec le “conspiracy” pour le “Cover-Up” dans l’affaire du campement de Roches-Noires.
En effet, Navin Ramgoolam devra fournir des réponses sur la chronologie des événements dans la nuit du 2 au 3 juillet 2011 à Roches-Noires, menant aux incidents et à l’agression au premier étage de son bungalow. L’ancien Premier ministre devra également donner des explications au sujet de ses relations avec tous ceux présents au campement pour la soirée mondaine du samedi 2 juillet 2011, en particulier ses liens avec la femme d’affaires Nandanee Soornack, connue pour son ascension fulgurante. Toutefois, la question qui est sur toutes les lèvres depuis le début de l’interrogatoire au Central CID à la mi-journée est de savoir si Navin Ramgoolam, qui a toujours clamé haut et fort qu’il n’était pas présent au campement de Roches-Noires, changera sa position face aux preuves versées jusqu’ici dans le dossier à charge.
En début d’après-midi, l’ancien Premier ministre était toujours entre les mains des enquêteurs du Central CID pour cet interrogatoire. Aucune indication n’était disponible concernant l’heure à laquelle la séance du jour prendra fin. L’enquête se poursuit.