L’enquête confiée par la National Development Unit (NDU) au Central CID dans le scandale des contrats de Rs 500 millions après les flash floods du mercredi 13 février 2013 a entamé un nouveau virage. Samedi, l’ingénieur responsable de la NDU, Gurudev Hurry Bholah, qui a livré une longue partie de cache-cache avec les limiers de la police, a comparu devant la Bail and Remand Court avec une double inculpation provisoire. La prochaine étape devra être une nouvelle convocation à interrogatoire Under Warning de l’ancien VPM et ministre des Infrastructures publiques, Anil Bachoo. Toutefois, il devra être précédé du Senior Chief Executive par intérim, Giris Gunraz Gunesh, qui était l’Administrative Head de la NDU du temps de l’allocation de ces contrats de Rs 500 millions sans passer par des appels d’offres aux termes de la Public Procurement Act.
Pendant au moins une dizaine de jours depuis la fin du mois dernier, l’époux de l’ancien Private Parliamentary Secretary du gouvernement travailliste, Prathiba Bholah, qui est également ingénieur en chef à la NDU, a fait le va-et-vient entre l’hôpital Jeetoo et le QG du Central CID ; il a été inculpé provisoirement samedi. Il a comparu devant la Bail and Remand Court où il a été remis en liberté contre deux cautions de Rs 30 000 chacune et une reconnaissance de dettes de Rs 300 000.
Gurudev Hurry Bholah a été inculpé sous deux charges provisoires, en l’occurrence de Conspiracy, dans l’octroi de dix-sept contrats, qui n’avaient pas été approuvés par le conseil des ministres des 15 et 22 février 2013 en vue d’effectuer des travaux de réhabilitation après les flash floods du 13 février, et de Breach des dispositions de la Public Procurement Act, cadre légal qui impose le recours à des procédures d’appels d’offres pour ce genre de contrats. Compte tenu de cette inculpation, l’ingénieur de la NDU devra s’attendre à recevoir dans les jours à venir sa lettre d’interdiction de la Public Service Commission (PSC), le temps que l’enquête policière soit bouclée au moins avant toute décision de l’Office of the Director of Public Prosecutions.
La prochaine cible du Central CID demeure Anil Bachoo, qui est déjà en liberté provisoire dans une autre affaire de violation de la Public Procurement Act, avec le contrat-jackpot de Rs 10 milliards de Betamax accordé au groupe Bhunjun pour le fret pétrolier. En ce début de semaine, des indications sont que l’ancien n° 4 du gouvernement Ramgoolam (et un des aspirants aux fonctions de leader du Parti travailliste) devrait se présenter aux Casernes centrales d’ici la semaine prochaine alors que d’autres sources avancent que le rendez-vous pourrait être fixé plus tôt que prévu.
Anil Bachoo devra justifier « Beyond Reasonable Doubt » aux yeux des enquêteurs les raisons pour lesquelles 17 projets supplémentaires pour un montant de Rs 500 millions ont été intégrés dans la liste des 45 déjà avalisés par le conseil des ministres des 15 et 22 février 2013 pour des travaux de réhabilitation à travers l’île après les pluies diluviennes de ce Mercredi des Cendres. Ces projets supplémentaires n’avaient pas obtenu l’aval du gouvernement pour le recours à des Emergency Procedures sous la Public Procurement Act.
La soixantaine de contrats alloués a nécessité des dépenses de Rs 1,2 milliard, dont exactement Rs 569 millions sans l’aval du gouvernement. La liste des firmes, qui ont bénéficié des contrats sous des projets, a déjà été déposée sur la table de l’Assemblée nationale, avec la firme General Construction se voyant alloué des contrats d’une valeur de Rs 180 millions et Best Construction de Rs 100 millions.
Mais l’intérêt de l’enquête du Central CID est de confirmer si les critères en termes de zones ont été respectés lors de l’octroi de ces contrats mais plus précisément les sociétés qui ont été choisies pour les travaux de Rs 569 millions de la NDU non-autorisés par le gouvernement sous les Emergency Procurement Procedures.
Dans cette perspective, Girish Gunraz Gunesh, actuellement SCE au ministère de l’Environnement, qui était à l’époque à la tête de la NDU, devra être entendu par le Central CID. Il avait rendez-vous ce matin à la police mais vu que les enquêteurs de la police devaient se rendre en Cour pour d’autres affaires, l’audition Under Caution de ce Top Gun du secteur public a été repoussée à cet après-midi. Assisté de Me Dayal, il devra fournir aux enquêteurs des indications sur l’auteur de ces directives « from higher quarters » pour augmenter de 17 le nombre de contrats pour les flash floods de même que les procédures adoptées pour le choix des contracteurs.
Affaire à suivre…