La guerre des affidavits dans la demande d’injonction contre le décryptage des « secrets » des six téléphones cellulaires de Navin Ramgoolam joue les prolongations. En effet, le State Law Office a objecté à la teneur du dernier contre-affidavit juré hier matin par l’ancien Premier ministre sous le coup d’une double inculpation provisoire de Conspiracy dans l’agression du campement de Roches-Noires et du blanchiment de Rs 220 millions + Rs 4 millions. Après avoir analysé l’objection soulevée, la juge Rita Teeluck, siégeant en référé, a demandé qu’une version revue et corrigée de ce document soit versée au dossier en Cour suprême.
Les objections du State Law Office, qui assure les intérêts du Central CID, portent sur le fait que Navin Ramgoolam a introduit des éléments « which are foreign to the points raised » dans le premier affidavit, juré vendredi de la semaine dernière pour réclamer cette injonction contre l’examen des six téléphones cellulaires. Depuis le début de cette semaine, la Legal Team de l’ex-chef du gouvernement a ciblé les fuites dans la presse au sujet du déroulement de l’enquête policière pour justifier ses craintes.
Dans le dernier affidavit juré hier matin, Navin Ramgoolam accusait la police d’être à la base de nouvelles fuites et de mener l’enquête suite à l’opération « Lakaz Lerwa Lion » de manière partiale à son détriment. La police n’a pas accepté que cet élément soit introduit dans les débats. Suite à un échange d’arguments lors des débats devant la juge siégeant en référé, des directives ont été émises sur des extraits qui devront être éliminés pour que le document soit accepté en Cour.
Ainsi, Navin Ramgoolam devra retourner de nouveau en Cour lundi matin pour jurer la nouvelle version de son affidavit. Selon des recoupements d’informations, les plaidoiries des deux parties devant la juge Teeluck devront être fixées soit mercredi soit jeudi. Le Ruling sur l’accès aux téléphones ne pourra être rendu qu’au plus tôt en fin de semaine si ce n’est après.
Dans une telle perspective, des doutes surgissent quant au démarrage de l’interrogatoire Under Warning de Navin Ramgoolam au QG du Central CID. En principe, cet exercice a été fixé pour mardi et il n’est pas exclu que d’un commun accord entre les enquêteurs du Central CID et les hommes de loi un nouveau calendrier de travail soit établi.
Affaire à suivre…