La fortune amassée à Londres par l’ancien Premier ministre Navin Ramgoolam commence à intéresser la presse étrangère, plus particulièrement britannique. Huit mois, presque date pour date, après le déclenchement de l’opération Lakaz Lerwa Lion avec la saisie de Rs 224 millions, dont Rs 110 millions en « never-used Dollar notes » dans des coffres-forts en la résidence de River Walk, le quotidien britannique The Independent consacre ce matin un article aux comptes bancaires et propriétés immobilières et autres de Navin Ramgoolam en Angleterre. Le quotidien anglais avance qu’en cas de confirmation officielle de l’enquête de la National Crime Agency de Grande-Bretagne contre l’ancien chef du gouvernement, cette démarche s’inscrit dans la liste des 20 « high-profile politicians » faisant l’objet d’enquêtes de cette agence luttant contre la fraude, la corruption et le blanchiment de fonds. De son côté, le Chief Whip de la majorité gouvernementale, Mahen Jhugroo, compte revenir sur les Rs 224 millions saisies par le Central CID lors de la perquisition chez Navin Ramgoolam à River Walk le vendredi 6 février dernier.
Rapportant des propos des proches de Navin Ramgoolam, The Independent avance que la fortune de celui-ci à Londres se résume seulement à une Rolls-Royce avec une plaque minéralogique personnalisée, révélée en exclusivité par notre confrère Week-End dans son édition du 13 avril 2014, et des placements en argent de Rs 8,5 millions (£ 150 000) au taux de change du jour. « There are no properties, no share portfolios, no homes or houses [in Britain]. All he has got are some savings acquired over many years including as a physician in Britain that amounts to about £150,000 (Rs 8,5 M) and a car. He will be fully co-operative and seek to assist any inquiry from the NCA should it come », avance le quotidien britannique citant la déclaration d’une source proche de Navin Ramgoolam.
Cet intérêt de la presse britannique dans les déboires de l’ancien Premier ministre fait suite à une demande formelle des autorités mauriciennes en vue d’une enquête de la National Crime Agency de Grande-Bretagne au sujet des transactions bancaires du premier nommé. La principale préoccupation porte sur des transferts et autres virements bancaires effectués par l’ancien Premier ministre en utilisant la carte de crédit exclusive Centurion American Express avec aucune limite pour les transactions bancaires.
Les informations sont que Navin Ramgoolam détenaient deux Centurion American Express Cards, qui ont été saisies par le Central CID sous la supervision de l’assistant commissaire de police, Heman Jangi, le vendredi 6 février dernier. Ces deux cartes bancaires exclusives, qui ne sont allouées qu’à des « high spenders », comme le souligne The Independent, avaient été émises par des institutions bancaires opérant à partir de la Malaisie.
De ce fait, toute enquête sur des transactions à partir des Centurion American Express Cards, que ce soit à Maurice ou à l’étranger, devra revenir avec les autorités bancaires en Malaisie. À ce stade, aucune information n’a transpiré quant aux contacts entre les autorités mauriciennes et celles de Malaisie « for a full picture » des versements sur ces cartes de crédits bancaires, qui ne sont accordées qu’à un petit cercle de « happy few ».