Que de soit du côté de l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) ou du QG de l’Anti-Drug and Smuggling Unit, l’heure est à l’analyse des allégations tous azimuts servies par le parrain de la drogue avec une fortune amassée de quelque Rs 650 millions, Peroumal Veeren. A partir de là, des ajustements pourraient être apportés en vue d’une réorientation des enquêtes initiées depuis les saisies record de drogue de 157 kilos d’une valeur marchande de Rs 2,5 milliards en mars dernier. Alors que des dispositions ont été prises pour des séances quotidiennes d’interrogatoire par l’ADSU au sujet des 38 Consignments dédouanés par KUN Management INT au cours de ces dernières années, le Star Witness-In-Waiting, Navind Kistnah, bénéficie de deux jours de répit en cette fin de semaine. La prochaine audition a été fixée provisoirement à demain.
Du côté de l’ICAC, les traits des Minutes of Proceedings de la commission d’enquête sur la drogue, présidée par l’ancien juge de la Cour suprême Paul Lam Shang Leen, relatifs au financement, sont épluchés par l’escouade mise sur pied depuis novembre de l’année dernière pour traiter du Money Laundering de « larzan la drog » avec des transactions à l’étranger. « Nous avions déjà initié un exercice en profondeur sur le réseau de blanchiment de la drogue. Nous avons obtenu les premiers résultats. Nous allons étudier les allégations du trafiquant Peroumal Veeren devant la commission d’enquête pour décider de la marche à suivre », indique-t-on officiellement au QG de l’ICAC.
À l’ADSU, tout le chapitre consacré à la connexion Veeren/Kistnah constitue un intérêt majeur avec la confirmation de l’une des pistes d’enquête privilégiée avec les trois saisies d’héroïne de mars dernier, sot un total de 157 kilos. En cette fin de semaine, les hommes du Deputy Commissioner of Police, le DCP Choolun Bhojoo, patron de la lutte contre la drogue, ont préféré accorder un temps mort aux séances d’interrogatoire avec probablement le prochain rendez-vous pour samedi. « Ce que Peroumal Veeren a dit devant la commission au sujet des liens avec Navind Kistnah recoupent dans les grandes lignes les éléments versés dans le dossier à charge depuis mars dernier au moins », confie-t-on aux Casernes centrales sans révéler le moindre détail au sujet des prochaines étapes de l’enquête.
Des recoupements d’informations effectués auprès de sources concordantes indiquent que dans la conjoncture, la priorité du côté de l’ADSU demeure l’identification des 12 contacts étrangers de Peroumal Veeren, dont les noms avaient été communiqués à Navind Kistnah avant son départ précipité pour l’Afrique du Sud le 8 mars dernier. Les autorités mauriciennes comptent initier des procédures par le truchement d’Interpol pour des échanges d’informations avec leurs homologues en Afrique du Sud au sujet de ces individus, qui ont facilité le séjour du directeur de KUN Management Int. Un détail qui ne trompe pas est que les contacts ne sont pas uniquement des Sud-Africains amis de différentes nationalités, fait-on comprendre.
Après ces contacts étrangers, Navind Kistnah sera acculé à révéler ses connexions au niveau de la douane, de la police du Port et de l’ADSU du port en marge de son interrogatoire sur les 38 Consignments de KUN Management Ltd. Avec le coup de poker de Peroumal Veeren devant la commission d’enquête, Navind Kistnah devra abattre de nouvelles cartes en ouvrant des pistes pour l’ADSU en vue de consolider sa crédibilité pour le statut de Star Witness.
De con côté, Me Rama Valayden, Leading Counsel de Navind Kistnah, réclame des mesures d’urgence en vue de retrouver les traces de Homunchal Ramdin, porté Missing depuis le 17 mars dernier. Il demande officiellement à la police de proposer un Reward à toute personne susceptible de fournir des informations sur les whereabouts de ce partenaire de Navind Kistnah. Le rôle de Homunchal Ramdin dans le réseau de trafic de drogue est jugé crucial car il pourrait détenir des informations au sujet du repacking de la drogue, importées dans des compresseurs en vue de leur réexportation vers des pays d’Asie ou même l’Australie. Outre que des conteneurs avaient été découverts abandonnés près des falaises d’Albion, très peu de développements ont été enregistrés à ce chapitre dans l’enquête de l’ADSU.