Le « gamble » du Chairman de la Gambling Regulatory Authority (GRA), Me Raouf Gulbul, sous la forme d’un challenge de la commission d’enquête sur la drogue, instituée par l’ancien Premier ministre et mentor minister, sir Anerood Jugnauth, le 14 juillet 2015, pourrait se retourner contre lui. En effet, les indications disponibles ce matin faisaient état que la question pourrait être abordée lors des délibérations du conseil des ministres du jour, d’autant plus que le principal concerné refuse d’admettre que l’heure est venue pour lui de soumettre sa démission de la Law Reform Commission et de la Gambling Regulatory Authority.
Des sources dignes de foi avancent que dès son retour au pays du sommet de l’Union africaine hier matin, le Premier ministre et leader du MSM, Pravind Jugnauth, était déjà en présence d’un dossier complet sur le cas de son Legal Adviser. Tout pourrait se jouer avec la convocation formelle de Raouf Gulbul, qui s’annonce imminente devant la commission Lam Shang Leen.
Sur un autre front de la lutte contre la drogue, l’Independent Commission against Corruption (ICAC) a procédé à la saisie de 12 des 18 voitures vendues au clan du trafiquant de drogue Peroumal Veeren par la société Sunshine Auto, de Quatre-Bornes. D’autre part, avec l’arrestation de l’ancien Prison Officer Oumeshlall Ramsurrun, l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) compte approfondir les liens de ce dernier avec la mafia de la drogue, dont le même Peroumal Veeren.
« Les commentaires de Raouf Gulbul dénigrant le statut de la commission d’enquête, instituée par le gouvernement, la qualifiant littéralement de “bouledogue sans dents”, sont des plus inadmissibles. D’autant plus que ce même Raouf Gulbul est le Chairman de la Law Reform Commission. C’est un pas à ne franchir et que l’opposition n’a même pas osé franchir vu l’enjeu que représente la lutte contre la drogue. Il est possible que la question soit évoquée lors des délibérations du conseil des ministres du jour. Mais une chose demeure, c’est que Raouf Gulbul aurait dû avoir la décence, si ce n’est l’éthique, de soumettre sa démission de la présidence la de la GRA et de la Law Reform Commission devant ce qui a été déclaré à la commission d’enquête », a fait comprendre un Senior Minister au Mauricien dans la matinée.
Un autre membre du gouvernement, se disant proche de la famille Jugnauth, rappelle que « Pravind (Jugnauth) inn dir li pou san pitie kont la drog e kont nimpor ki. Line dir egalma ki li pa pou rekile. Savedir saki savedir. Komisyon Lam Shang Leen pou kontinye fer so travay. » Toutefois, en cette fin de semaine, la question de la démission ou de la révocation de Raouf Gulbul se pose alors que, dans certains milieux, on attire l’attention sur le fait que le Deputy Speaker, un poste constitutionnel, a été entendu une première fois par la commission Lam Shang Leen sans que Sanjeev Teeluckdharry n’ait été appelé à « step down for the decorum of the House ».
En cette fin de semaine, le prochain développement n’est autre que la convocation de Raouf Gulbul par la commission Lam Shang Leen. Une décision est attendue incessamment alors que le principal concerné a déjà constitué un Legal Panel, mené par Me Gavin Glover, Senior Counsel, pour préparer ce rendez-vous crucial. Le libellé de la convocation formelle de la commission revêtira son importance car, pour la première fois, le volet du financement des candidats aux élections générales du 10 décembre 2014 pourrait être inclus.
Toujours en ce qui concerne la lutte contre la drogue, l’ICAC maintient la pression sur le clan de Peroumal Veeren. Ce matin, les hommes du directeur général, Navin Beekarry, ont effectué une double descente des lieux, soit au Morcellement Bismic, Flic-en-Flac, et à Pointe-aux-Sables. Un suspect, Gino Rita, est soumis à un interrogatoire serré au sujet d’une série de téléphones cellulaires et d’une voiture saisis. Un coffre-fort, contenant une certaine somme d’argent, intéresse également l’ICAC.
Les perquisitions de ce matin s’inscrivent dans le cadre de l’enquête sur la vente de 18 voitures “reconditioned” par Sunshine Auto aux proches lieutenants de Peroumal Veeren. À ce jour, 12 de ces véhicules ont été placés sous séquestre dans la cour du QG de l’ICAC. Le rôle dans ce réseau d’achat et de vente de voitures d’un dénommé Black (Tony Riacca), en état d’arrestation par l’ADSU, devrait permettre de faire la lumière sur ces opérations de blanchiment d’argent de la drogue.
De son côté, l’ADSU a appréhendé hier l’ex-gardien de prison Oumeshlall Ramsurrun. Cet  habitant de Rose-Belle, âgé de 45 ans, est soupçonné d’avoir réceptionné des machines de construction importées en Afrique du Sud par KUN Management International Ltd, de Navind Kistnah. L’ADSU est intriguée par les moyens de financement de ces opérations et par le fait que cet ancien Prison Officer règle ses dettes en liquide.
Les enquêteurs, sous la supervision du Deputy Commissioner of Police Choolun Bhojoo et des surintendants Azima et Ramgoolam, avancent que l’ancien garde-chiourme est un pivot dans le système de distribution d’héroïne sur le plan local après réception des compresseurs. Il aurait été attiré par l’option de l’argent facile de par ses fréquentations avec Peroumal Veeren en prison.
De plus, l’épouse de Ramsurrun, Bibi Maitab Phutully, louait un appartement, acquis à Flic-en-Flac, à Khalid Ameer, beau-frère de Peroomal Veeren. De ce fait, l’ADSU estime que l’ancien garde-chiourme ne serait qu’un prête-nom pour le trafiquant de drogue et sa famille. Tout comme c’est le cas pour Christelle Bibi. Dans cette perspective, les personnes concernées, dont des proches de Peroumal Veeren, devront défiler au QG de l’ADSU pour interrogatoire.
L’arrestation d’Oumeshlall Ramsurrun découle d’une étroite collaboration entre l’ADSU et l’ICAC. Le suspect, qui était interrogé hier par l’ICA au sujet des voitures de Sunshine Auto, avait été remis subséquemment à l’ADSU, qui en avait été informée. L’ex-Prison Officer, qui n’a pas encore consigné sa déposition, est attendu aujourd’hui au tribunal de Port-Louis pour son inculpation provisoire.