Pour la première fois, selon l’orchidophile Gérard Leung, des phalaenopsis de couleur jaune, petites de taille seront exposées lors du Orchid Show à la municipalité de Quatre-Bornes. Cet événement annuel organisé par la Orchid Society of Mauritius (OSM) se tiendra durant le week-end du 5 et 6 octobre.
« C’est une variété d’orchidée et une couleur assez rare. C’est la première fois que j’en vois à Maurice », fait ressortir Gérard Leung au Mauricien qui l’a rencontré pendant la semaine dans sa serre se trouvant sur le toit de sa maison, rue St-Michel, Riche-Terre. Gérard Leung, un passionné d’orchidées qui en cultive depuis une vingtaine d’années a découvert cette variété en Taïwan.
Notre interlocuteur compte plusieurs dizaines d’orchidées en fleur actuellement : des phalaenopsis, des Dendrobium, des pluies d’or ou danseuses, jaunes et blanches. Si l’on a l’habitude de voir tous les ans de nombreuses danseuses de couleurs jaunes à l’exposition, cette année, l’orchidophile verra aussi des blanches ou des parfumées. « Quand la fleur sort, elle est jaune, ensuite, elle devient blanche », fait-il ressortir. Gérard Leung a l’embarras du choix des plantes magnifiquement fleuries et disposées dans sa serre, qu’il exposera pour le Orchid Show.
Si beaucoup de plantes seront mises en vente pendant ce week-end, certaines seront jalousement conservées par les propriétaires comme Gérard Leung et simplement exposées. « La plante est trop grande, elle ne sera pas mise en vente », avance-t-il, lorsqu’on aborde le prix d’une magnifique Dendrobium en fleur dans sa serre. Pour lui, une telle plante peut être louée pour des occasions exceptionnelles.
Comme de nombreux Mauriciens, Gérard Leung, ingénieur de réseau pour une compagnie de téléphonie, s’intéressait aux plantes décoratives notamment des fougères. « Un jour, je suis allé faire un tour à l’exposition d’orchidées de la société à Quatre-Bornes, et c’est là que tout a commencé. J’ai attrapé le virus comme on dit. » Gérard Leung y achète ses deux premières plantes : une Dendrobium bicolore fuschia et blanche et une phalaenopsis rose. Ce jour-là, il demande aussi conseil auprès des experts pour réussir dans cette nouvelle entreprise, y achète de l’engrais et un livre sur les orchidées. De retour chez lui, il bouquine et s’abonne au magazine mensuel de l’American Orchid Society. Petit à petit, sa collection augmente. Il passe des commandes en choisissant des plantes à partir des catalogues où lorsqu’il se déplace pour une exposition internationale d’orchidées comme en 2011. « On s’est regroupés au niveau de la société pour y aller. On avait déjà fait toutes les démarches nécessaires au préalable pour pouvoir acheter et ramener les plantes à Maurice », indique-il. « Le voyage commence déjà avec ces démarches. »
Gérard Leung importe aussi des plantules en bouteille qu’il développe à Maurice. Il insiste qu’elles doivent arriver avec un certificat phytosanitaire pour pouvoir passer la douane. « Ce n’est plus comme avant. Les plantules arrivent en bouteille accompagnée de ce document fourni par l’exportateur », dit-il. Il importe ses d’orchidées de Hollande, de Thaïlande ou de Taïwan. Certaines variétés sont multipliées à Maurice alors que d’autres non. Selon notre interlocuteur, la propagation des phalaenopsis par exemple, se fait en laboratoire car elles sont monopidiales alors que pour les Dendrobium, « cela se fait sans problème ». « Vous pouvez avoir des graines de phalaenopsis mais pour les faire pousser, vous aurez besoin des conditions de laboratoire. Pour la Dendrobium, quand elle devient grande, je coupe les cannes pour les replanter. » L’orchidophile utilise du gravier, du charbon ou des morceaux de coco sèche dépendant de la nature de l’orchidée.
L’exposition sera ouverte pendant le week-end du 5 et 6 octobre. L’ouverture officielle se tiendra le vendredi 4 en début de soirée. Le billet d’entrée est à Rs 25 ; Rs 10 pour les Senior Citizens et les enfants.