Alors que beaucoup de questions restent encore sans réponse eu égard à l’organisation des 9es Jeux des Iles à La Réunion, on parle déjà des 10es JIOI. Nous apprenons, en effet, qu’une délégation du Conseil International des Jeux des Iles (CIJ) pourrait se rendre aux Comores pour une visite d’inspection du 27 au 31 mai. Cette délégation sera conduite par le président du CIJ, notre compatriote Philippe Hao Thyn Voon qui sera accompagné du secrétaire-général Jean-François Beaulieu et du représentant de la CJSOI au sein de cette instance, Ram Lollchand. A hier, les démarches étaient encore en cours pour fixer les différents plans de vol afin de permettre la visite de cette délégation aux Comores qui sont candidate à l’organisation des 10es Jeux. Car rien n’est encore certain puisque cette visite coïncide avec la tenue à Maurice du 63e congrès de la Fédération Internationale de Football Association (FIFA), les 30 et 31 mai.
«Lors de son récent passage à Maurice, Ibrahim Ben Ali, qui est le nouveau président du comité olympique des Comores, a émis le voeu que le CIJ fasse cette visite d’inspection très vite en raison des engagements de son pays vis-à-vis des bailleurs de fonds pour la construction des infrastructures sportives. Notamment la Chine. Il a proposé la période du 27 au 31, pour le moment tout le monde est d’accord pour cette visite, mais il y a aussi le congrès de la FIFA à Maurice qui commence le 30 mai», explique à Week-End hier matin le président du COM.
Philippe Hao Thyn Voon dit, en effet, noter  un empressement au comité olympique comorien pour cette visite du CIJ, même à la dernière réunion, la décision avait été prise pour que les conditions liées à cette visite d’inspection soient discutées et finalisées lors de la prochaine réunion de cette instance de contrôle. «Ben Ali m’a expliqué que les bailleurs de fonds cherchent avant tout des garanties que les 10es JIOI se dérouleront bien aux Comores avant de commencer à lâcher les cordons de la bourse. Cette situation explique pourquoi le comité olympique des Comores veut aller vite, car si le CIJ ne donne pas son aval, il n’y aurait pas de financement de la Chine m’a-t-il fait comprendre», soutient encore le président du CIJ.
Le CIJ face à un dilemme
Ce qui veut dire en d’autres mots, que le Conseil International des Jeux se retrouve à la fois dans un dilemme et avec un couteau sous la gorge. Car même si les Comores avaient organisé les derniers Jeux de la CJSOI l’année dernière avec un certain succès populaire, ce n’est pas pour autant que les conditions dans lesquelles ces Jeux s’étaient déroulées avaient donné satisfaction à tout le monde. «Les Comores se retrouvent un peu dans le situation de Maurice lorsqu’il fallait organiser les Jeux de 2005 où il n’y avait ni piscine de 50m ni stade d’athlétisme en conformité avec les règles internationales, ni gymnase. Doit-on faire confiance aux Comores aveuglement comme cela avait été le cas en 1979 pour Maurice? Cette visite d’inspection, si elle se tient comme prévue va nous donner des éléments de réponses avant qu’une décision ne soit prise», soutient le président du CIJ. Par ailleurs, le CIJ a aussi informé le comité Olympique des Maldives, qui sont aussi candidates à l’organisation des 10es JIOI en 2019 ,de son intention d’effectuer une visite d’évaluation dans l’île et de faire les arrangements nécessaires pour permettre ce déplacement.
Pour ce qui est de l’organisation des 9es Jeux en 2015, Philippe Hao Thyn Voon a avoué à Week-End ne pas savoir pour l’heure quand se tiendra la prochaine réunion du CIJ après le renvoi d’avril dernier. Cette décision dit-il revient au CROS (Comité Régional Olympique et Sportif) de La Réunion qui a les cartes en main pour décider. «Reste que cette réunion du CIJ est attendue par l’ensemble des pays membres en raison du fait que nous devions décider sur les disciplines qui devaient être au programme des Jeux de 2015», indique-t-il.
En attendant, les sportifs  piaffent d’impatience…