La nouvelle est tombée comme un couperet, hier après-midi. Preetam Parmessur, le directeur général de la station de radio et de télévision nationales, l’une des premières nominations du gouvernement de Lalyans Lepep au lendemain des élections du 10 décembre dernier, a été prié officiellement de plier bagage suite à une décision du conseil des ministres d’hier. Il a eu le week-end pour évacuer son bureau à Réduit, qui devra être vide dès lundi matin. Cette communication lui a été transmise par Roshi Bhadain, ministre de la Bonne Gouvernance et également responsable du dossier de la MBC avec la démission de Pravind Jugnauth en tant que ministre.
Des informations indiquent que depuis quelque temps déjà, la performance de la MBC faisait l’objet d’une surveillance et d’un monitoring systématiques de la part de l’hôtel du gouvernement et surtout du nouveau ministre de tutelle. À la fin du mois dernier, la direction générale de la MBC de même que les responsables de départements stratégiques avaient été convoqués à une séance de travail où Roshi Bhadain leur avait réclamé des changements pour rejeter « cette réputation de vitrine de transmission de sorties de ministres ».
Mais il semblerait qu’au cours de ces dernières semaines, la situation n’aurait guère évolué dans le sens voulu au niveau de la couverture des événements ou encore de la grille de programmes en vue de revaloriser la production locale, sous forme de débats télévisés et de Brains Trust et autres émissions pour les étudiants. La performance financière aurait également pesé de tout son poids dans la balance pour faire partir le directeur général de la MBC. En effet, face à des problèmes financiers, en l’absence de tout redressement, la direction de la MBC avait initié un processus de recrutement.
De ce fait, le dossier de la MBC avait été abordé lors des délibérations du conseil des ministres d’hier matin, le ministre Bhadain ayant été désigné pour transmettre la décision du limogeage contre toute compensation due au directeur général concerné pour ses huit mois de service. Ce qui fut fait, hier après-midi, lors d’une réunion regroupant également le président du board de même que d’autres chefs de département.
Interrogé en début de soirée, le ministre Bhadain a confirmé la décision visant à démettre Preetam Parmessur de ses fonctions.
« Le conseil des ministres, qui a pris connaissance du bilan de l’actuel directeur général de la MBC, a fait état de son insatisfaction devant les mesures adoptées pour transformer la MBC d’un outil de propagande politique, comme elle avait été le cas sous le précédent gouvernement, en une Broadcasting Corporation up to international standard. MBC is not to the standard. Elle ne répond aux normes définies par le nouveau gouvernement, qui aspire à moins de socio-culturel dans la grille de programmes et à davantage de production locale, type débats télévisés, émissions de qualité, comme des Brains Trust et compétition de quiz pour les étudiants », a fait comprendre Roshi Bhadain.
« Prenons le bulletin d’informations de 40 minutes pour le Prime Time. L’on se pose des questions sur le newsworthiness des items couverts. A-t-on déjà appris une nouvelle en exclusivité à la télévision ? La MBC ne fait que rapporter. Nous ne voulons pas d’une MBC de propagande ministérielle et le message du conseil des ministres est des plus clair en la circonstance », a ajouté le ministre.
Preetam Parmessur, ancien directeur de la Mauritius Institute of Education, avait été nommé pour succéder à Dan Callikan, à la tête de la MBC le 31 décembre dernier. Ce choix ne fut pas le résultat d’un appel à candidatures. La coïncidence veut que la très courte durée de son mandat ressemble à une autre non moins célèbre, soit celui de l’ancien directeur général, Gaëtan Essoo au lendemain des élections du 11 juin 1982. Au moment de ce limogeage en mars 1983, qui a précipité la rupture de l’alliance MMM/PSM, le même Preetam Parmessur siégeait au sein du conseil d’administration de la MBC en tant que vice-président avant d’assumer la présidence…