L’opéra-bouffe Orphée aux enfers a tenu toutes ses promesses. Du rire, du chant et un très bon jeu de scène étaient au programme lors de cette première représentation, le vendredi 24 juillet, au Théâtre Serge Constantin.
Malgré le manque de fonds et l’audience restreinte d’amateurs d’opéra, l’Indian Ocean Performing Arts a mis sur pied un Orphée aux enfers haut en couleur. En deux actes et quatre tableaux, d’une durée de 90 minutes, l’opéra-bouffe a été superbement servi par l’orchestre suisse Winterthur Symphonic Youth Orchestra, le jeu de scène et la voix de Véronique Zuël-Bungaroo dans la peau d’Eurydice, de Jean-Michel Ringadoo interprétant Pluton et de Michaël Glann dans le rôle de Jupiter.
Dans un tourbillon de mimiques drôles et de chants, les personnages ont fait voyager l’audience entre l’Olympe et l’Enfer. Ces lieux ont fait l’objet de révoltes et de bals, suite à l’enlèvement d’Eurydice par Pluton, le Dieu des Enfers.
Cet opéra de Jacques Offenbach datant de 1858 a été réadapté, avec quelques touches mauriciennes, grâce à la mise en scène de Ludivine Petit. Cette dernière a effectué un travail minutieux concernant les vêtements, les accessoires et le maquillage afin que les comédiens soient dans la peau de leurs personnages.