L’Outsourcing & Telecommunication Association of Mauritius (OTAM) dit accueillir favorablement la baisse annoncée par le ministre des Finances, Xavier-Luc Duval, de 16 % de la bande passante (International Private Lease Circuits — IPLC). Cette mesure devrait prendre effet à partir de janvier 2014.
Le Grand Argentier, lors de son discours budgétaire, a annoncé une baisse de 16 % des tarifs des International Private Lease Circuits (IPLC) à partir de janvier 2014. Ce qui fait une diminution totale de 80 % depuis 2005. Le président de l’OTAM, Roshan Seetohul, dénombre une baisse de 30 % du coût de la bande passante survenue en deux ans, ce qui est favorable selon lui à ce que Maurice conserve sa compétitivité en termes de coûts, précisément en ce qui concerne les activités liées au secteur des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) et de l’externalisation.
Roshan Seetohul accueille également favorablement l’annonce que le Board of Investment (BOI) va soutenir les entreprises mauriciennes sur le continent africain, ce qui va permettre, dit-il, aux entreprises du secteur d’exporter leurs services et leur savoir-faire. Par ailleurs, l’annonce de l’introduction du HSC Pro–IT, commente le président de l’OTAM, « apportera dans le temps des résultats escomptés quant à la formation et le bassin d’emploi ».
Le gouvernement va en effet de l’avant avec l’introduction du HSC Pro en vue de mieux préparer les jeunes au monde du travail. Le HSC Pro sera dans un premier temps proposé au secteur ICT et s’étendra par la suite aux secteurs du tourisme, de l’agro-industrie, des sports et du business.
S’agissant de l’annonce de la création d’un deuxième ICT Incubator à Port-Louis, après celui d’Ébène en 2013, cette initiative, estime le président de l’OTAM, va encourager les start-ups et motiver les jeunes à développer une culture d’entrepreneuriat. La création d’un deuxième incubator dans la capitale, a soutenu le ministre des Finances, a pour but d’encourager de nouveaux talents dans le secteur des technologies de l’information et de la communication.
Dans l’ensemble, pour le secteur des TIC, Roshan Seetohul résume que « beaucoup de mesures ont été prises dans le budget afin de promouvoir la culture TIC à Maurice ».