La semaine dernière, deux fillettes de 10 ans habitant l’Ouest avaient affirmé avoir subi des sévices sexuels – l’une en avril et l’autre en mai – après avoir été kidnappées par des hommes circulant à bord d’un 4×4 noir. Depuis, la psychose règne chez des habitants de certaines régions. Aucun cas de ce genre n’ayant été répertorié depuis, l’inspecteur Coothen, du Police Press Office, demande au public de ne pas céder à la panique face aux rumeurs.
Afin de rassurer la population, un dispositif a été mis en place par les forces de l’ordre. « La police est aux aguets et surveille tous les endroits à risque, notamment aux abords des établissements scolaires et des arrêts d’autobus », déclare l’inspecteur Coothen. Les forces régulières de l’Ouest seront de surcroît assistées du personnel du Field Intelligence Office (FIO), de la Criminal Investigation Division (CID) des régions à risque, ainsi que des Neighbourhood Officers. « Le commissaire de police, Mario Nobin, a mis en place une direction stratégique, dont le but principal est d’assurer la tranquillité et la sécurité du public », a-t-il ajouté. La police invite toutefois le public à divulguer toute information susceptible de faire progresser l’enquête en appelant le 148. Elle déconseille également au public, plus particulièrement les femmes et les enfants, de voyager dans des véhicules non autorisés tels les vans et les taxis marron, et de favoriser les autobus.