« La communauté télégoue a de quoi être fière : elle a contribué au développement du pays ! Nous avons une chance exceptionnelle d’avoir une telle diversité culturelle à Maurice. C’est un atout. Et non une source de division ! » Ces mots de Navin Ramgoolam ont été prononcés lors de la cérémonie officielle marquant la fête Ougadi au MGI hier. Paul Bérenger, également invité de la Mauritius Andhra Maha Sabha, la Mauritius Telegu Cultural Centre Trust et la Telegu Speaking Union, organisateurs de l’événement, devait abonder dans le même sens.
C’est par un discours prônant « l’unité nationale, qui n’est pas un slogan creux, destiné à faire plaisir, comme tendent à le faire croire certains », que Navin Ramgoolam a marqué sa présence à la cérémonie officielle pour célébrer la fête Ougadi au MGI. « Il est nécessaire de souvent répéter l’importance d’une unité nationale. J’ai beaucoup apprécié les mots du président de la Mauritius Andhra Maha Sabha et je le félicite pour cela. Il a demandé à chacun de nous de penser positivement et de nous défaire de toute négativité. Mon gouvernement est responsable de chaque individu. Et de la même manière, nous avons le devoir de faire respecter et de transmettre les traditions ancestrales. »
Évoquant les dangers du repli identitaire, le Premier ministre devait aussi souligner : « Nous sommes plus de 1,2 million de Mauriciens… N’est-il pas naturel d’avoir des opinions divergentes ? » Il devait aussi faire allusion aux récentes tragédies qui ont frappé la France, notamment les tueries à Montauban et à Toulouse, qui ont fait un total de sept morts. « Dans leurs discours, le président Sarkozy, son challenger François Hollande, et l’actuel Premier ministre, François Fillon, ont tous, d’une même voix, lancé un appel à l’unité dans leur pays. L’unité nationale est très précieuse. Si li vre pou la Frans, li enkor pli vre pu Moris ! »
Dans le même souffle, Navin Ramgoolam a insisté : « Nous avons cependant un destin commun, des objectifs communs. Et n’oubliez pas que dans le monde entier, Maurice est reconnu comme un pays où plusieurs religions et croyances cohabitent en harmonie. L’identité mauricienne est dynamique et multiple. Nous nous devons de la préserver. » Il devait à cet effet rappeler la visite de l’ex-Premier ministre français Jean-Pierre Raffarin et un commentaire en ce sens que celui-ci lui avait confié.
S’agissant de la contribution de la communauté télégoue au développement du pays, Navin Ramgoolam devait faire écho à Paul Bérenger, qui l’avait précédé au micro. Celui-ci devait faire ressortir : « Pena tipti ou gran kominote. La communauté télégoue peut être fière d’avoir participé à l’histoire de Maurice. Même si elle est peu nombreuse, elle a pourtant beaucoup contribué au développement économique, culturel et politique du pays. » Le leader de l’opposition devait longuement évoquer la situation politique actuelle en Andhra Pradesh, « où l’unité est menacée par un parti politique souhaitant diviser cet État indien », et rappeler aussi l’engagement de la communauté télégoue dans la politique à Maurice. « Aux dernières élections, Deva Virahsawmy et Kavi Ramano ont été élus. La première fois qu’un télégou a présenté sa candidature remonte à 1959. » Paul Bérenger devait aussi mentionner les politiques Vishnu Lutchmeenaraidoo et Mahen Utchanah dans son discours.
Navin Ramgoolam et Paul Bérenger se sont tous deux vus remettre des « shawl » par le président de la Mauritius Andhra Maha Sabha, Soobeeraj Lutchanah. Le Premier ministre a aussi remis des trophées aux cinq étudiants (dont deux lauréats) de la communauté télégoue, qui se sont distingués lors des derniers examens du SC et du HSC.
La cérémonie s’est clôturée avec deux danses pour accueillir le nouvel an télégou.
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Virahsawmy : « Prezidan, pa zis enn loner sa ! »
« Kan ou pran la prezidans, se enn posse importan dan la sosyete. Bizin travay apre ! Paz zis aksepte posse la pu loner ! Ou bizin azir de maniere ki bann zenn gayn konfians en linstitisyon ki ou reprezante ! » Une déclaration que le ministre de l’Environnement aura faite sans cibler qui que ce soit ni viser personne… Dans son allocution, Deva Virahsawmy devait aussi revenir longuement sur « le travail abattu par le Premier ministre et son gouvernement en faveur de l’unité nationale ». Et de relever aussi le travail réalisé par les ministres Anil Baichoo et Mookeshwur Choonee, tous deux présents dans l’assistance.