DELMAY LAVIGILANTE

L’altruisme, c’est la générosité à l’état pur. Cette valeur se conjugue par un amour désintéressé et s’oppose au nombrilisme et de cette philosophie très répandue – le chacun pour soi.

Je m’avancerai à décrire l’altruisme comme “une valeur endémique”. La société nous pousse aujourd’hui à nous intéresser qu’à soi. L’individualisme et l’égoïsme semblent avoir pris le dessus sur nous, allant jusqu’à dicter nos actes. Un altruiste est quelqu’un qui sait faire abstraction de lui-même et qui se soucie réellement des autres. Il recherche le bonheur et la réussite de l’autre avant le sien et traite les autres, non pas de manière condescendante et arrogante, mais comme lui-même aimerait l’être. Cela implique de se donner aux autres, donner un peu de son temps, de l’argent ou simplement un sourire, de l’amour et de l’attention ; bref chacun donne en fonction de ses moyens.   

Alors qu’il semble que tous nos mouvements soient dictés par notre orgueil, notre soif de notoriété, de pouvoir ou par notre convoitise pour l’argent, l’altruisme nous rappelle que c’est notre devoir de ne pas rester insensibles à ceux qui nous entourent. Dieu sauve l’Homme par l’Homme. Nous souffrons tous quelque part et avons tous des problèmes. Cela coûte si peu de venir en aide aux autres et le rendement est tellement impressionnant. C’est tellement facile (quand on y met du soi), de voir la beauté qui réside en chacun de nous, d’aller vers les autres et être des distributeurs de bonheur et de joie.

Parfois, il est nécessaire de se reconnaître petit, de valoriser l’autre afin que celui-ci se sente important, aimé et apprécié. Notre passage sur terre n’est qu’éphémère, alors rendons agréable la vie de ceux qui nous entourent.