Poursuivis devant le tribunal de Mapou pour outrage à un agent public lors de l’ultime rallye électoral du 9 décembre, les deux anciens ministres travaillistes Lormus Bundhoo et Satish Faugoo ont écopé d’une amende de Rs 5000 chacun. Le coaccusé dans cette affaire qui était, lui, poursuivi pour rassemblement illégal a écopé d’une amende de Rs 3000. Les deux anciens ministres ont donné avis d’appel.
 Lormus Bundhoo, Satish Faugoo et Tulisdass Mohanpersad sont en effet accusés d’avoir insulté l’assistant surintendant de police Aftar Mohanuth à l’issue d’un rallye politique de la défunte alliance PTr/MMM à la veille du scrutin du 10 décembre dernier, à Goodlands. Les deux anciens ministres étaient dans un cortège de voitures lorsque l’ASP Mohanuth les avait interpellés, soulignant qu’ils avaient dépassé l’heure prescrite par la loi électorale, soit 18 h, pour tenir un rallye politique. Les choses avaient dégénéré et le haut gradé avait par la suite porté plainte. Le Bureau du Directeur des Poursuites publiques avait logé l’affaire en cour le 13 mars dernier. Les trois avaient plaidé non coupables. L’ASP Mohanuth, dont la responsabilité était de contrôler le déroulement des dernières manifestations électorales sur le terrain, avait expliqué qu’il était 18h24 quand il a pris la décision de mettre un terme au rallye des partisans de l’alliance PTr/MMM au N° 6, entre Riche-Terre et Goodlands. Il maintient que selon les termes des règlements en vigueur, aucun événement politique – que ce soit un meeting, un rallye ou toute autre réunion – n’est toléré après 18 h. Mais les instructions formelles de cet officier de police sur le terrain avaient été contestées avec véhémence par les deux anciens ministres et candidats aux élections générales. L’ASP ajoute avoir été insulté de manière copieuse en public à cette occasion et qu’il s’est senti fortement humilié lors de cet incident.
Dans un jugement rendu hier, la Senior district Magistrate Nalini Senevrayar-Cunden a trouvé que tous les éléments de la charge avaient été prouvés beyond reasonable doubt. « There is unshaken evidence on record that a rally was held in an electoral area under the Representation of People Act on the eve of the elections after 18 p.m. The rally which consisted of about 500 persons and 150 vehicles falls within the definition of “public procession” as defined by section 2 of the Public Gathering Act. There is also cogent evidence on record to the effect that Accused 1 made the application for a procession to be held », a soutenu la magistrate.