La fondatrice de l’Association Lupus Alert est l’Outstanding Young Person 2011 proclamée hier soir lors d’une cérémonie à la Maison Eurêka. Dalilah Kalla s’est aussi distinguée au niveau mondial parmi les dix meilleurs Most Outstanding Young Persons. Celle, ayant pour maxime « servi avec himilité, valorise volontaria », a été la première personne, à 15 ans, à avoir eu le courage de parler ouvertement de cette maladie qu’est le lupus.
Dalilah Kalla fera le déplacement le 3 novembre à Bruxelles en Belgique pour assister au congrès mondial de la Junior Chamber International. Lors de la proclamation des résultats hier soir à la Maison Eurêka, Linzy Bacbotte (absente) a été la première runner-up et Ravi Jetshan, le second. Miselaine Duval (comédienne) et Shameem Fatehmamode (diététicienne) étaient aussi parmi les cinq finalistes.
The Outstanding Young Person (TOYP) a pour but de reconnaître les mérites des candidats âgés entre 18 à 40 ans. Le programme met en lumière les valeurs de l’organisation qui se résume à travers son credo : « Que la personne humaine est la plus précieuse des richesses. Et que servir l’humanité constitue l’oeuvre la plus noble d’une vie. »
Il y a 25 ans Eddy Yeung avait été nommé The Outstanding Young Person au niveau international. Cette année c’est Dalilah Kalla qui connaît le même succès. Âgé de 27 ans, ce petit bout de femme est encore toute étonné. « C’est à la fois un choc et une émotion forte pour moi. Le lancement de mon association Lupus Alert a été un travail continu. Ce prix, je le dédie aux malades qui ont perdu la bataille contre le lupus. Je tiens à redonner de l’espoir à ceux qui souffrent de ce mal. » 
Dalilah Kalla raconte qu’elle n’avait que 15 ans lorsqu’elle a choisi de parler dans un quotidien de sa maladie, diagnostiqué alors qu’elle n’avait que 13 ans. « Il y a deux types de lupus : un qui affecte la peau et l’autre qui est interne. Lorsqu’on a découvert que je souffrais du lupus interne, j’avais comme symptômes la chute de cheveux, la  fièvre de 40°, des ulcères dans la bouche. Ce n’est pas une maladie contagieuse, mais elle attaque les reins, les poumons, et entraîne une chute de cheveux … » Cette consécration, la jeune femme la considère comme un exemple. « Mon combat ne s’est pas arrêté à ma maladie. J’ai développé mon association Lupus Alert dans le but de sensibiliser le grand public. La reconnaissance est grande car aujourd’hui  on est reconnu au niveau national et international. »  
Ravi Jetshan, second runner-up , se dit pour sa part « content ». Cet entrepreneur et directeur des bijouteries Ravior explique : « Être choisi parmi cinq finalistes reflète beaucoup de choses. Je suis un créateur… mais je suis avant tout un artiste de l’ombre. Mon prochain défi sera de me lancer dans le social que je considère comme une cause noble. Je suis fier du sacre de Dalilah. C’est un combat qu’elle mène et qui mérite d’être encouragé. »
Jessen Soobrayen de la JCI Mauritius explique qu’une trentaine de dossiers ont été soumis pour le concours TOYP. Le jury composé d’Anita Ramgutty-Wong, Arnaud Godère, Clifford Colimalay, Cyril Wong et Michel Prefumo ont eu la lourde tâche de délibérer. 
Les cinq finalistes ont d’ailleurs été mis en avant à travers une campagne de billboard. L’occasion pour eux de partager leurs valeurs avec le grand public. Jessen Soobrayen annonce qu’un magazine souvenir retraçant l’historique du concours TOYP paraîtra au courant de ce mois. Cette publication fera la part belle aux citoyens exceptionnels de la JCI Maurice.
Le spectacle Zenfans Moris viendra cloturer le vendredi 30 la soirée des récompenses du TOYP. Ce gala night aura lieu de 20 h à 22 h à la Citadelle, à Port-Louis.