La première réunion du Joint Public-Private Sector Steering Committee, dont la création a été annoncée par le Premier ministre sir Anerood Jugnauth dans son “mission statement” il y a 15 jours, aura lieu le 9 septembre prochain. C’est ce qu’a annoncé le Premier ministre en personne lors d’un discours prononcé à l’ouverture de la première conférence de l’Indian Ocean Rim Association (IORA) sur l’économie océanique à l’hôtel Méridien ce matin. Sir Anerood Jugnauth a par la même occasion maintenu ses prévisions concernant les investissements de l’ordre de USD 600 millions et la création de 25 000 emplois dans le secteur de l’économie bleue.
Cette première réunion, qui regroupe les représentants de tous les pays de l’IORA, dont plusieurs ministres, durera toute la journée d’aujourd’hui. Elle permettra de dégager une feuille de route concernant le développement des secteurs liés à l’économie océanique, a indiqué le secrétaire de l’IORA, K. V. Bhagirath. Le vice-ministre indonésien pour la Souveraineté maritime, Arif Havas Oegroseno, dont le pays accueillera la 2e conférence ministérielle, Steven  Ciobo, secrétaire parlementaire australien aux Affaires étrangères, dont le pays préside l’IORA, ainsi que les ministres Premduth Koonjoo et Étienne Sinatambou se sont également adressés à l’assistance.
Sir Anerood Jugnauth est revenu sur sa vision concernant le développement des richesses océaniques de Maurice pour en faire un nouveau pilier de l’économie. « Ce pilier pourra débloquer des investissements de l’ordre de USD 600 millions et créer quelque 25 000 emplois », a-t-il dit.
Il a insisté sur le fait que, contrairement à ce disent ses détracteurs, « these are not disproportionnately inflated utopian figures ». Et de souligner : « They are well grounded on our oceanic potential. » Après avoir détaillé le potentiel économique au niveau de l’océan Indien, où s’ajoutent les récentes découvertes de produits pétroliers et de gaz au Mozambique, à Madagascar, en Tanzanie et au Kenya, il s’est appesanti sur les initiatives prises par son gouvernement. Il a ainsi notamment cité la création du ministère de l’Économie océanique et l’institution du National Ocean Council, qui sera chargé de mettre en oeuvre la stratégie gouvernementale dans ce secteur. Il a également annoncé la création d’un “continental shelf, maritime zones administration and exploration department” au niveau de son bureau. De plus, le BOI s’active en vue de la création d’un “oil and gas support sector”. Afin d’éviter les retards injustifiés au niveau des investissements privés, le Premier ministre a aussi évoqué la création d’un High Powered Committee et d’un Joint Public-Private Sector Steering Committee, sous sa présidence, pour suivre la mise en oeuvre des projets. Dans ce contexte, il a annoncé que la première réunion gouvernement/secteur privé est prévue le 9 septembre prochain.