L’ouverture pour la première fois d’un passage permettant d’avoir accès à la montagne du Morne a été marquée par une cérémonie solennelle hier après-midi. Le Premier ministre adjoint, Xavier-Luc Duval, a, à cette occasion, souligné que la montagne du Morne est désormais un lieu non seulement touristique mais également de pèlerinage pour rendre hommage à la mémoire des esclaves et à la lutte qu’ils ont menée pour leur libération.
Avant la cérémonie, le Premier ministre adjoint, Xavier-Luc Duval, et le ministre de la Culture, Dan Baboo, ont visité un terrain de cinq arpents mis à la disposition du Morne Heritage Trust Fund par le ministère du Logement et des Terres à l’entrée du village du Morne. Cet espace devrait être utilisé pour la construction d’un bâtiment intégré dans l’environnement de la région pour abriter le quartier général du Morne Heritage Trust Fund et d’un musée consacré entièrement au marronnage, rappelant la vie des esclaves marrons dans la montagne du Morne. Les deux ministres ont également visité la région de Trou-Chenille où est projetée la construction d’un village modèle permanent et inhabité afin de se faire une idée des conditions dans lesquelles vivaient les esclaves et de leurs descendants sur le flanc de la montagne du morne.
Le ton de la cérémonie d’hier a été donné dès le début lorsque la présidente du Morne Heritage Trust Fund, Magalie Sinatambou, a affirmé qu’elle ne mentionnera pas les noms des personnalités présentes par ordre protocolaire comme c’est toujours le cas dans les fonctions officielles. « Nous sommes tous égaux aujourd’hui », a-t-elle lancé. Parmi les personnalités présentes hier figuraient outre les ministres Duval et Baboo, le ministre Pradeep Roopun ainsi que les PPS Stephan Toussain, Eddy Boissézon et Toolsyraj Benydin et l’ambassadeur d’Afrique du Sud. Les poèmes récités par deux jeunes élèves du Morne Government School, Nicola Perle et Maria Philibert, jetteront une lumière nouvelle sur ce qui se déroulait surtout lorsqu’ils ont affirmé qu’enfin la montagne du Morne a retrouvé la liberté, après que l’accès y eut été interdit pendant si longtemps. Marie Donice, qui a connu la vie à l’époque où le village de Trou-Chenille existait encore, viendra s’ajouter à l’émotion qui sera couronnée par le slam de Daniella Bastien.
Dans son discours, Dan Baboo expliquera que grâce à des négociations menées par son ministère, l’accès à la montagne a été possible huit ans après qu’elle a été classée sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco. Le Premier ministre adjoint devait lui aussi mettre l’accent sur cette dimension de liberté retrouvée et a également tenu à remercier son collègue du ministère des Terres, Showkutally Soodhun, pour avoir contribué à permettre l’accès enfin à la montagne du Morne.
Un des moments les plus émouvants de la cérémonie d’hier a été le dévoilement de la plaque commémorative et la coupure de la corde ouvrant officiellement l’accès à la montagne.
Une bonne partie de ceux dans l’assistance, dont le Premier ministre adjoint et le ministre de la Culture, ont gravi la montagne jusqu’au plateau permettant d’avoir une vue magnifique tant sur la région sud que sud-ouest du pays, soit une distance de près de trois kilomètres. Les plus téméraires l’ont gravie jusqu’au lieu où a été installée une croix en fer. Peu après le début de l’ascension, le curé de la paroisse de Chamarel a dit une prière rappelant que Dieu a créé l’homme libre et créateur mais que les hommes, en raison de l’égoïsme et de l’ambition du pouvoir, ont privé d’autres hommes de leur liberté. « Nous ne sommes pas là pour juger ceux qui ont dominé les autres mais pour souligner l’importance de la liberté pour tous les hommes quels que soient leur statut social et leurs fonctions ». Il a présenté la voie d’accès au sommet de la montagne comme un symbole du chemin menant à la liberté.