Une promenade de l’usine Oxenham, qui fête ses 85 ans, et le dévoilement de sa nouvelle identité ont été forts en émotion hier. Le patriarche de l’entreprise familiale, Clifford Oxenham, âgé lui-même de 85 ans a exprimé sa fierté. « Cet anniversaire est incidemment celui de mes 65 ans de service également. Je pense que même le ministre mentor ne pourrait pas me disputer ce record de longévité ». Il a mis l’accent sur la fidélité et le dévouement des travailleurs. Clifford Oxenham a ensuite confié la présidence du Conseil d’administration à Patrick Oxenham et le titre de nouveau CEO revient à Brian Oxenham.
Hier après-midi, les médias ont été conviés dans l’antre de l’usine au coeur même de la production du vin qui fait la fierté des Oxenham. De grosses cuves renfermant du vin, certains encore en fermentation et qui bénéficient du contrôle des oenologues Oxenham. Ces derniers vérifient si le vin est à bonne température tout en présentant leur dernière création, le vin à base de fruits connu sous la marque Divine. On peut aussi apercevoir dans une autre aile de l’entreprise, la préparation du rhum qui part du plus léger au plus corsé. Certains sont fabriqués à base de jus de canne et seront fermentés et relevés par la citronnelle ou même la vanille. Beaucoup d’attention est apportée à l’embouteillage, au flaconnage et on parle même de récompense pour le Bougainville, primé au Rhum Festival de Londres.
L’usine fait appel à 14 camions pour la livraison et, parmi, 75 % des bouteilles sont recyclées. L’entreprise familiale Oxenham a aussi investi dans de nouvelles technologies de pointe annonçant que la machine qui servait à l’inspection manuelle des bouteilles a été remplacée par une machine automatique. La mise en place de ces nouveaux engins vient en quelque sorte conforter la position de l’entreprise et l’aider à être plus compétitive sur le marché de l’importation.
Clifford Oxenham s’est dit « sensible » à l’effort du gouvernement d’encourager l’entrepreneuriat tout en insistant sur le fait que ce créneau ne devrait pas être élitiste. « Il doit être l’affaire de tous. Entreprendre, c’est créer quelque chose là où il n’y a rien. C’est écouter le brin de folie qui vous anime soudain, un jour ». Il a par la suite rendu hommage à son père, feu Edward Clark Oxenham, agriculteur à Rodrigues et qui, en 1932, avait imaginé et créé son premier cru de vin de banane et de goyave. « Ce vin artisanal avait demandé tellement d’efforts à mon père qu’il lui a arraché un “Eureka”. Un mot qui allait devenir synonyme de vin pour toute une génération de Mauriciens ». Clifford Oxenham a aussi insisté sur les valeurs, partie intégrante de son entreprise. « Il n’y a pas de succès sans respect. Le même respect pour tous, quel qu’il soit, du travailleur manuel au directeur. Le respect de l’autre dans ses fonctions ».
Patrick Oxenham, le nouveau président du Conseil d’administration, s’est pour sa part dit « sûr d’assumer pleinement » cette relève avec les nouveaux marchés qui émergent, citant au passage la Chine qui est en passe de devenir le plus grand pays importateur de vin. « Le vin effervescent, activité dans laquelle nous nous sommes engagés, est un booster de croissance. Le rhum est le spiritueux qui croît le plus vite en Europe. Nos vins Divine à base de letchi, d’ananas et de goyave et le rhum Bougainville collectionnent les médailles dans les Salons internationaux ». Ouvrant une parenthèse, Patrick Oxenham relate les préjugés et les remarques dans les années 50, dénigrant l’ingrédient divin, la banane, car, pour les illustres penseurs, le vin ne pouvait se faire qu’avec du raisin. « Pourtant, mon grand-père y a cru et il a fabriqué son vin en utilisant des raisins secs en substitution en l’absence de raisins frais sur notre île ». Il a aussi mis l’accent sur la formation dans l’entreprise familiale des Oxenham dont son oncle Édouard, qui fut le premier oenologue à exercer à Maurice. Le nouveau président du Conseil d’administration indique qu’après le succès du rhum Bougainville, Oxenham lancera à la fin de l’année une nouvelle gamme de rhum de haute qualité. « La diversification – jus de fruits, café, vinaigres de vin, produits gastronomiques – est un autre moteur de croissance et nous permet d’aborder un autre chapitre avec confiance ».
Nouveau projet : fabrication de la bière
Brian Oxenham, fils de Clifford Oxenham et nommé nouveau CEO de l’entreprise, a rendu un vibrant hommage à son père pour ses « inlassables efforts ». Il a insisté sur le fait que son premier devoir sera celui de la fidélité « à l’action menée et aux valeurs défendues ». Parmi les nouveaux projets, dit-il, un nouveau rhum sera lancé de même que la fabrication de la bière par le biais d’Oxenham Brewery. « Ces cinq dernières années, nous avons consenti un immense effort d’investissement de plus de Rs 30 millions dans les dernières technologies ». Le maître mot sera l’innovation.
Alan Oxenham a dévoilé la nouvelle identité des Oxenham avec un nouveau logo qui incarne l’esprit de la maison. « Avec cette image redynamisée, Oxenham peut résolument se positionner sur le marché international. Un logo qui se décline en différentes couleurs chaudes et raconte l’envergure de notre marque et la diversité de nos activités ».