La Blue Marlin Fishing Competition — organisée par Le Morne Anglers Club et parrainée par le groupe Phoenix Beverages, à travers sa marque Blue Marlin — se tiendra le dimanche 18 décembre. Une épreuve où l’éventuel vainqueur aura son ticket pour représenter le pays à la prestigieuse South Indian Ocean Billfish Competition (SIOBC), prévue du 4 au 11 février 2012 à Maurice.
Les amateurs mauriciens de pêche au gros sont en pleine préparation, selon les organisateurs. Ces derniers avaient réuni la presse mardi dernier au Morne Anglers Club. Le CEO du groupe Phoenix Beverages, Richard Wooding, soutient que l’objectif de ce parrainage est de mettre en valeur ce sport et ces sportifs à Maurice.
« Nous voulons également donner la chance à une équipe mauricienne de se mesurer aux professionnels venus du monde entier. Nous espérons tous voir notre équipe remporter la compétition, et je pense que, cette année, nous aurons du beau spectacle. »
Pour en revenir à la SIOBC, les organisateurs ont recensé un nombre record de participants. Quinze équipes étrangères sont attendues à Maurice dont celles de Russie, du Danemark, de Finlande, d’Angleterre, de France, d’Ukraine, d’Afrique du Sud ou encore de Zambie.
La SIOBC est née d’un désir d’organiser une compétition amicale entre différents clubs de pêcheurs à Maurice. Mais face aux difficultés à rassembler tout le monde, les organisateurs décident d’ouvrir les compétitions aux participants internationaux. En 2000, le Club Mandarin de Hong Kong fut le premier gagnant. Six équipes y avaient alors participé. Douze équipes étaient présentes en février pour l’édition 2011. La victoire était revenue à l’équipe danoise des Vikings.
Si à Maurice il n’existe pas de fédération reconnue pour la pêche au gros, la SIOBC s’alignera, comme chaque année, selon les règlements établis et suivis par de l’International Game Fishing Association (IGFA). De ce fait, si jamais un record du monde est établi durant la compétition, il sera reconnu et homologué. Il faut savoir que plusieurs records du monde ont déjà été établis à Maurice, c’est d’ailleurs le Mauricien Bruno de Ravel qui détient celui de la plus grosse prise de Bonite Skipjack, et ce, depuis 30 ans.
« Grâce à la SIOBC, Maurice est connue à travers le monde par les amateurs de pêche au gros. Notre but est d’utiliser cette plateforme afin de rester une plaque tournante et une destination incontournable pour ce sport dans le sud de l’océan Indien, et pourquoi pas dans le monde entier », a fait remarquer Brice Lagesse, président du comité organisateur de la SIOBC.
L’engouement pour cette compétition est telle que des seize bateaux mis à la disposition des pêcheurs par le comité organisateur, douze ont déjà été réservés à trois mois de la compétition. « La pêche au gros est un sport sain, proche de la nature. Nous sommes partisans de la relâche des poissons et ce, pour assurer l’avenir de ce sport à Maurice », a ajouté Brice Lagesse. Vingt-deux marlins ont été relâchés lors de la dernière édition.
Il faut savoir qu’à Maurice, la configuration côtière est propice à la pêche au gros car dans l’Ouest de l’île, le tombant est proche des côtes. De ce fait, les amateurs de pêche sportive n’ont que très peu de chemin à parcourir pour se retrouver en haute mer, où les marlins et autres gros poissons pélagiques sont présents.
Parmi les poissons pêchés à Maurice, on retrouve le Blue Marlin, le Black Marlin, le Sail Fish, le Stripped Marlin, l’espadon, la dorade Coriphene, le wahoo, une variété de thons et quelques requins.