Le Syndicat des pêcheurs de Maurice et le Professional Seafarers Union ont expliqué ce matin à un point de presse la situation « critique » dans laquelle se trouvent les marins et pêcheurs mauriciens. Chômage et absence de dialogue entre les représentants des deux secteurs sont parmi les arguments invoqués.
« Ena 600 marin peser Moris ek lor sa nomb-la zis 175 marins ki pe travay », a déclaré Cader Battun, président du Professional Seafarers Union (PSU) à point de presse qui a eu lieu ce matin au Centre social Marie Reine de la Paix à Port-Louis.
Selon Cader Battun, le Shipping Office serait responsable du taux élevé de chômage qui persiste au sein de la communauté des marins pêcheurs. Les firmes étrangères seraient à la recherche de marins pêcheurs mauriciens pour travailler pour elles, indique-t-il. Mais malheureusement, « bann prinsipo responsab dir ki pena marin peser pou travay lor zot bato ». D’où la présence de nombreux marins pêcheurs étrangers.
« Pe fer dominer ek nou. Bann ofisie minister pe donn fos linformasion », soutient le président du PSU. Le rejoignant dans ses propos, Judex Rampaul, son homologue du Syndicat des pêcheurs de Maurice (SPM), a fait part des derniers travaux du comité tripartite. Malgré l’organisation de deux réunions, aucune décision n’a pu être prise pour améliorer le sort des pêcheurs de Maurice, titulaires de permis pour la pêche hauturière mais qui sont à ce jour sans emploi.
Vu la lenteur des travaux, le SPM estime que le Premier ministre Navin Ramgoolam devrait donner son soutien total au ministre du Travail Shakeel Mohammed afin d’accélérer les travaux au sein du comité tripartite. « Bizin donn loportinite minis Mohamed pou ki li empiet lor bann lezot minister ki dan sa komite-la », soutient le syndicat.
Selon Judex Rampaul, environ 300 pêcheurs seraient au chômage et attendent de connaître les décisions pour l’amélioration de leur situation. Dans le but d’accélérer la prise de décision, il propose le gel immédiat des permis des propriétaires de bateaux. Le président du SPM a fait un énième appel au ministre de la Pêche Nicolas Von Mally pour le sensibiliser au problème des pêcheurs. Il soutient aussi qu’il lui fera parvenir un autre courrier pour faire état des doléances des pêcheurs.
Ont également été évoqués, l’aide sociale concernant les raz-de-marées de l’année dernière attendue par plus d’une centaine de pêcheurs et l’accord pour la pêche hauturière dans le cadre d’un partenariat entre les pays de la Commission européenne et Maurice.