Le FV Ruang Lap N°8, bateau de pêche enregistré en Thaïlande, qui a été arraisonné lors d’une opération conjointe de surveillance maritime entre Maurice et l’Inde, pourrait faire l’objet d’une saisie conservatoire dès le début de la semaine prochaine. Cette décision est envisagée par les autorités en raison des graves délits reprochés au capitaine de ce bateau de pêche, qui a enfreint pas moins de sept contraventions sous la loi maritime en vigueur à Maurice. Le seul délit de pêche illégal est passible d’une amende d’au moins un million de dollars américains (Rs 40 millions).
Outre le délit de pêche illégale dans les eaux territoriales, le FV Ruang Lap N°8 devra être « booked » par la National Coast Guard, au terme de l’enquête, qui a démarré depuis mardi soir, pour les contraventions suivantes : pénétration dans la Zone Économique Exclusive de Maurice sans aucune autorisation ; prise de poissons toxiques ; absence d’un VMS Transponder imposé à tout bateau de pêche opérant dans les eaux territoriales en vue de permettre au commandement général de la NCG de faire un suivi des mouvements sur les bancs de pêche ; délit de fuite – dans la nuit de mardi, quand l’INS Shardul, l’unité de la marine indienne, a intimé l’ordre au capitaine du bateau de pêche de s’arrêter, il a tenté de faufiler en pleine mer ; et pour le délit de « failure to diplay the nationality flag of the ship and the national flag of Mauritius ».
Les spécialistes de la loi maritime affirment que dans ce contexte de mise en application des règles pour lutter contre l’Illegal, Unreported and Unregulated (IUU) Fishing, et la piraterie maritime dans cette partie de l’océan Indien, les autorités mauriciennes seront tentées d’utiliser le cas du FV Ruang Lap N°8 comme exemple pour faire la démonstration que « they mean business ». D’ailleurs, la NCG a bénéficié du soutien logistique des autorités indiennes, par le truchement de l’INS Shardul, qui se trouve en mission de surveillance dans l’océan Indien depuis le mois dernier.
Le FV Ruang Lap N°8, arraisonné mardi soir, devra accoster à Port-Louis dans la matinée. Le commandement général de la NCG a pris toutes les dispositions nécessaires pour que l’arrivée de cette unité impliquée dans une campagne de pêche illégale se fasse dans les meilleures conditions possibles.
D’abord, les autorités mauriciennes, notamment les officiels de la Fisheries Protection Unit du ministère de la Pêche, procéderont à un constat détaillé de la cargaison de poissons dans la cale du bateau. Les livres de bord ont déjà été saisis. Le commandant du bateau venu de Thaïlande sera interrogé et placé en état d’arrestation. Les 28 autres membres d’équipage, de diverses nationalités, pourraient également être entendus en vue d’établir le dossier.
Le capitaine devra comparaître en Cour de Port-Louis dès lundi matin pour une éventuelle remise en liberté sous caution alors que le procès au pénal pourrait être institué assez rapidement compte tenu du nombre de ressortissants étrangers se trouvant bloqués par cette affaire.