Une réunion tripartite entre les autorités, les représentants des pêcheurs et les compagnies de pêche s’est tenue la semaine dernière pour discuter de la situation des pêcheurs des bancs. Le ministre du Travail a appelé les propriétaires de bateaux à revoir leur politique de recrutement, faute de quoi, des sanctions pourraient tomber. Shakeel Mohamed a jugé inacceptable que des pêcheurs locaux n’arrivent pas à trouver du travail sur des bateaux pêchant dans notre zone économique exclusive.
À la demande du Syndicat des pêcheurs, le ministre du Travail, délégué par le Premier ministre pour s’occuper du dossier des pêcheurs des bancs, a réuni toutes les parties concernées pour analyser la situation. Outre Shakeel Mohamed, le gouvernement était représenté par le ministère de la Pêche et celui du Transport and Shipping.
Le président du Syndicat des pêcheurs Judex Ramphul avait à ses côtés d’autres dirigeants syndicaux, dont Ashok Subron, son négociateur. Environ huit propriétaires de bateaux de pêche ont répondu à l’invitation.
D’emblée, le ministre du Travail s’est montré très sévère envers les compagnies de pêche qui engagent des Malgaches à la place des Mauriciens sur leurs bateaux. Shakeel Mohamed a jugé inacceptable que des bateaux, avec un permis des autorités mauriciennes et vendant leurs cargaisons sur le marché local, n’engagent pas de pêcheurs mauriciens.
Shakeel Mohamed s’est dit parfaitement au courant des conditions de travail des pêcheurs des bancs et a énuméré les nombreux problèmes rencontrés avec les compagnies de pêche depuis un certain temps. Le ministre du Travail les a invitées à revoir leur politique de recrutement, faute de quoi, leurs permis pourraient être suspendus.
Le Syndicat des pêcheurs a de son côté émis deux propositions à considérer en urgence : l’emploi des pêcheurs mauriciens en priorité pour les bateaux pêchant dans notre zone économique exclusive et de nouvelles conditions de travail, semblables à celles proposées au National Remuneration Board (NRB) récemment. Parmi ces propositions, le Syndicat des pêcheurs réclame entre autres un tarif supérieur à celui de Rs 7 le kilo de poisson, pratiqué actuellement.
Le ministre du Travail a par ailleurs donné son accord pour que les pêcheurs sans emploi perçoivent une aide sociale pour le mois de janvier. Il a entamé des discussions à ce sujet avec son collègue de la Pêche.
Une nouvelle réunion tripartite se tiendra cette semaine. Des développements pourraient enfin survenir pour les pêcheurs des bancs, dont certains sont sans emploi depuis plus d’un an.