Après les dénonciations de Week-End publiées dans notre édition du 4 mars sur la situation chaotique de nos hôpitaux, l’état-major du ministère de la Santé s’est déplacé le lendemain même pour un constat à l’hôpital Jeetoo et, mardi, à l’hôpital Victoria. Devant l’évidence, le ministère, estimant que le manque d’espace est dû aux retards pris par les travaux de construction et de rénovation, a donné des instructions pour les accélérer. Toutefois, pour le personnel soignant, « le tout n’est pas de construire, la gestion même des hôpitaux doit être reconsidérée. »
Si, auprès des patients, c’est le ras le bol avec les interminables files d’attentes, en dépit du système de rendez-vous mis en place pour les maladies chroniques, et le désordre aux Urgences, sans parler des renvois à la maison, même des cas graves, le personnel hospitalier également souffre de la situation chaotique dans nos hôpitaux. Ayant pris connaissance des instructions des autorités pour l’accélération des travaux dans ces deux centres de santé principaux, le personnel estime que les mesures palliatives ne suffisent pas. En début de semaine, Anil Baichoo et Lormus Bundhoo, respectivement ministres des Infrastructures publiques et de la Santé, qui ont effectué une visite de site des hôpitaux, disent que cette situation de manque de place est due au fait que des travaux de réhabilitation sont en cours dans des salles de ces deux hôpitaux. Des travaux qui auraient accusé du retard. A l’instar de ceux entamés à l’hôpital Victoria et qui datent de 2001. Ainsi, les ministres ont donné des instructions pour accélérer de manière urgente ces travaux en cours. Toutefois, il est évident que ce n’est que dans quelques semaines que la situation retournera à la normale. Entre-temps, les patients doivent prendre leur mal en patience.