Un accord de principe entre l’Information and Communication Technologies Authority et l’Uganda Communication Commission s’est conclu hier à Paille-en-Queue Court à Port-Louis. Un protocole ratifié sous la supervision du ministre des Technologies et de l’Information Tassarajen Pillay Chedumbrum.
La collaboration entre l’Information and Communication Technologies Authority (Icta) et l’Uganda Communication Commission (UCC) a été scellée hier à un autre niveau à Paille-en-Queue Court à Port-Louis. Un accord de principe plus formel a été ratifié. Ce qui permettra à l’Icta et l’UCC de partager leurs expériences et trouver des points de repères pour les meilleures pratiques en matière de gestion de l’Information and Communication Technologies (ICT).
L’idée de cet accord de principe a germé en juin 2011 pendant un voyage d’études du conseil d’administration de l’UCC. L’Icta et l’UCC ont alors signé un protocole d’accord pour formaliser leur collaboration. Trilock Dwarka, chairperson de l’Icta, n’a pas manqué d’exprimer sa joie quant à la concrétisation de cet accord qui donnera la possibilité à l’Icta de « développer son potentiel ». Il a aussi fait part du temps qu’il a fallu avant de mettre en place cet accord de principe qui ne fera « qu’amplifier la relation entre l’Icta et l’UCC ».
Godfrey Mutabazi, directeur exécutif de l’UCC, s’est dit pour sa part impressionné par le niveau de développement des infrastructures ICT et des services offerts par l’organisme à Maurice. Il a par ailleurs remercié le gouvernement de Maurice, l’Icta et les stakeholders pour l’effort qu’ils ont fourni afin de donner la possibilité à Maurice d’atteindre les objectifs du développement du millénaire.
Le directeur exécutif de l’UCC a notamment déclaré que « la cérémonie d’aujourd’hui n’est que le témoignage de l’engagement de l’Ouganda pour contribuer à la cimentation de cette relation entre les deux organismes (NdlR : Icta et UCC) ». Godfrey Mutabazi a clôturé son intervention en disant qu’il se réjouit d’une « relation saine et mutuelle » et qu’il espère améliorera leur capacité en ce qui concerne la réglementation de l’ICT.
Tassarajen Pillay Chedumbrum, ministre des Technologies et de l’Information, a quant à lui félicité l’Icta et l’UCC. Il a aussi souligné que cet accord de principe serait entériné avec d’autres pays et pas seulement avec l’Ouganda. À titre d’exemple, le ministre a cité le Botswana et d’autres pays d’Afrique.