Le Premier ministre a procédé ce matin à l’ouverture du 2e Salon international du Livre “Confluences” au centre Swami Vivekananda, à Pailles. L’événement accueille cette année une cinquantaine d’écrivains et une quarantaine d’éditeurs venus des quatre coins de la planète. Navin Ramgoolam leur a souhaité la bienvenue « en terre métisse », qui est « notre force, notre complexité et nos espérances ». Il a ensuite souligné qu’à l’ère numérique, le défi était d’amener les Mauriciens aux livres, rappelant que, sur ce point, l’édition 2013 du Salon avait été un succès en accueillant pas moins de 20 000 visiteurs.
C’est devant un parterre d’invités composés d’écrivains et d’éditeurs mauriciens et étrangers de même que la membre du Parti Socialiste français Ségolène Royal que le Premier ministre a prononcé son discours d’ouverture au Centre Swami Vivekananda ce matin. Navin Ramgoolam a eu un bonjour spécial pour les écrivains mauriciens vivant à l’étranger, sans le regard de qui le pays serait amputé d’une partie de son âme. Pour cela, il estime que le pays devrait leur être reconnaissant.
Navin Ramgoolam s’est réjoui du succès de Confluences 2013 qui a, à l’heure du numérique, fait déplacer 20 000 Mauriciens à Pailles. « Le défi fut relevé », dit-il et ce fut un encouragement pour renouveler l’expérience cette année. Dans cette optique, il remercie tous ceux qui étaient là l’année dernière mais aussi ceux qui ont fait le déplacement cette année.
Pour le PM, le succès de Confluences est un bel hommage à la culture car il la rend accessible à tous. Il estime que malgré les prévisions du grand économiste qui disait à la période de l’indépendance du pays que Maurice était vouée à l’échec, la réalité a prouvé le contraire et ce, grâce à la vision du « père de la nation », sir Seewoosagur Ramgoolam. Il cite l’accès gratuit à « l’éducation et par conséquent, à la culture ». Ainsi, affirme le PM, il n’y a pas de période plus appropriée pour Maurice pour accueillir un Salon international du livre qu’à la veille de la fête nationale. « Cela donne un sens particulier à ce salon », affirme-t-il.
Navin Ramgoolam a aussi parlé de la coexistence pacifique à Maurice et ce malgré les différences. Pour lui, « ne pas accepter nos différence est une route qui mène vers le désespoir », comme c’est le cas dans de nombreux pays. « Nous avons trouvé la force et l’intelligence de refuser cette route du chaos », affirme-t-il. Selon la dernière étude faite sur le tourisme à Maurice, relève le PM, le mot « accueil » revient comme un leitmotiv.
Le Premier ministre a souhaité à tous les participants et le public quatre jours de partage enrichissant, à travers les débats, les rencontres et les ateliers prévus autour de la vente de livres.
Le deuxième Salon du livre se tient à Pailles jusqu’au dimanche 9 mars. La cérémonie de clôture est prévue pour 18 heures. Ce soir, le salon ferme à 17 h 15. L’ouverture demain matin est prévue pour 10 heures et la fermeture 20 heures. L’entrée est libre.