Un chauffeur de taxi, âgé de 44 ans, a passé le week-end à l’hôpital Jeetoo après une agression au sabre en fin de semaine dernière. Dans une plainte à la police de Pailles, il accuse deux membres de sa belle-famille d’être impliqués dans cette affaire. Le quadragénaire soupçonne qu’il a été victime d’un règlement de compte après avoir surpris son épouse de 32 ans avec un autre homme dans un pensionnat, à Riche-Terre.

Dans sa version des faits, le plaignant avance qu’à la suite de fréquentes disputes avec son épouse, il a élu domicile chez sa mère, à Pailles, depuis juillet de l’année dernière. Mais, il précise qu’il n’était pas divorcé et se rendait chez son épouse de temps en temps pour visiter ses trois enfants mineurs.

Le chauffeur de taxi avance qu’un proche l’a informé avoir aperçu vendredi la trentenaire avec son supérieur dans un ‘pensionnat’, à Riche-Terre. Après avoir surpris les amants dans une chambre, il dit n’avoir pas fait de scandale et qu’il aurait signifié son intention à son épouse de divorcer. « Mo pann lager ar personn laba », a-t-il déclaré dans sa déposition. Le plaignant est ensuite retourné chez lui à Pailles.

Dans la soirée, il a entendu frapper à sa porte et, en ouvrant, le chauffeur a allégué être tombé sur deux membres de sa belle-famille qui étaient armés d’un sabre et d’un samouraï. Il n’a pas eu le temps de les interroger sur leur présence que l’un d’eux a tenté de lui assener un coup au visage. « Monn lev mo lame pou kale ek disan inn koumans sorti », dit-il. La victime a commencé à avoir le vertige et s’est écroulée à terre. Profi tant de la situation, les suspects lui ont donné des coups de pied au corps. Puis, ils ont pris sa chaîne en or, valant Rs 25 000, avant de le menacer de récidiver s’il se mêle de la vie de son épouse. Le quadragénaire avance qu’il a par la suite perdu connaissance et que c’est un proche qui l’a emmené à l’hôpital. Il était blessé aux mains, au cou et au dos.

Une “form 58” lui a été remise pour des besoins d’enquête. Il a pu rentrer chez lui par la suite après des traitements. Un policier s’est rendu au domicile du chauffeur de taxi pour une inspection, où il n’a trouvé aucune trace de sang. Le plaignant n’écarte pas la possibilité que sa famille ait pu nettoyer la maison durant son absence.

La CID de Port-Louis a été informée de ce cas et les enquêteurs comptent écouter une nouvelle fois le chauffeur de taxi pour obtenir plus de détails sur le déroulement de cette agression. Sa belle-famille, qui habite également dans la région de Pailles, sera entendue par les enquêteurs incessamment.

Dans un premier temps, la police compte questionner la trentenaire pour établir si elle se trouvait vraiment dans le pensionnat à Riche- Terre et si son époux s’est bien rendu sur place. Des interpellations sont à prévoir dans cette affaire durant la semaine.