Le bassin des esclaves à Pamplemousses

Le président du Conseil de District de Pamplemousses, Sunael Singh Purgus, a fait part de son intention de créer un petit musée de l’esclavage à Pamplemousses, village qui témoigne de plusieurs sites historiquement liés, tels le bassin des esclaves où on les baignait avant de les vendre. « Ce lieu est un patrimoine national que les jeunes ne connaissent pas. Notre patrimoine se perd ainsi et il n’y a pas assez d’informations à son sujet. Nous avons une histoire autour de l’esclavage à Pamplemousses que nous devons préserver », dit-il.

Sunael Singh Purgus se préoccupe aussi des déchets électroniques et de l’environnement de la région. En ce sens, il a fait aménager un endroit, du côté du cimetière de Bois-Marchand, pour déposer les déchets électroniques. « Nous utilisons tous des appareils électroniques, et ainsi le volume des déchets augmente. À une époque, une famille changeait de téléviseur une seule fois en 20 ans. De nos jours, elle le fait presque tous les deux ans », souligne notre interlocuteur, avant d’évoquer la construction d’une “e-waste station” à Bois-Marchand, où les déchets seront triés. « Certains pourront être recyclés », dit-il.

Le président du conseil indique ensuite que, pour l’instant, la collecte de ces déchets se fait deux fois l’an dans tous les villages. Il dit envisager de le faire plusieurs fois l’an après la construction de la “e-waste station”« Il est important de collecter ces déchets car nous avons remarqué qu’ils finissent dans les drains, les rivières de même que sur les plages. Nous avons ainsi ramassé des réfrigérateurs, des radios, des fours à micro-ondes et des téléviseurs. Lorsque nous ne les ramassons pas, ces déchets se retrouvent dans la nature. Ils bloquent ainsi l’écoulement des eaux de pluie et provoquent des accumulations d’eau. Voilà comment les eaux de pluie entrent dans les maisons », indique Sunael Singh Purgus. Il ajoute : « Je pense que nous devons attaquer ce problème très rapidement. Lorsque les gens savent que le conseil fera la collecte des déchets, ils ne les jetteront pas dans la nature ».

Le conseil fera aussi aménager dans tous les villages des “plastic collection stations” où les habitants pourront déposer leurs bouteilles et autres déchets en plastique qui seront ensuite vendus aux fabriques de recyclage. Les conseils de village obtiendront ainsi des revenus additionnels qu’ils pourront utiliser à des fins d’embellissement de l’environnement.

Sunael Singh Purgus dit constater que l’environnement se « détériore davantage » et que « les gens ne sont pas assez conscients ». Il poursuit : « Nous avons beaucoup de terrains en friche. Si leurs propriétaires ne les nettoient pas régulièrement, le conseil fera mettre une inscription sur ces terres qui servent de nids aux toxicomanes, aux moustiques et aux ordures. Nous mettons leurs propriétaires en garde et ces derniers devront payer les frais ».

S’agissant du combat contre la prolifération de la drogue, le conseil compte solliciter l’aide des sociétés religieuses pour organiser, moyennant un “grant”, des activités de sensibilisation et sportives pour les jeunes.

Sur le plan infrastructurel, le président rappelle que lorsque le Conseil des districts de Pamplemousses/Rivière-du-Rempart a été scindé en deux en 2012, les ressources existantes ont été divisées. « Il y avait beaucoup de manquements au niveau de Pamplemousses, surtout concernant la voirie et l’éclairage des routes. Je me suis dit que nous devons être capables d’offrir un bon service à la population locale. J’ai fait acheter deux nouveaux camions pour la collecte d’ordures et nous avons recruté une quarantaine d’éboueurs », indique Sunael Singh Purgus.