Un spectacle de plus en plus désolant s’offre aux yeux des visiteurs du Jardin botanique de Pamplemousses. Alors que de nombreux projets sont envisagés pour le réhabiliter, des observateurs avisés tirent la sonnette d’alarme en affirmant que le mythique jardin botanique disparaîtra pour laisser la place à un simple jardin public si la situation perdure. En effet, le jardin de Pamplemousses, témoignage rare de l’oeuvre des voyageurs-naturalistes français au 18e siècle, court le risque d’être définitivement dénaturé par la dégradation de son caractère botanique.
Malgré la volonté de la direction du Jardin de Pamplemousses de le restaurer, il ne cesse de se dégrader et plusieurs carences sont constatées sur les lieux. Plusieurs espèces de collection de plantes exotiques rares ont aujourd’hui disparu, les allées autrefois impressionnantes par leurs grands arbres sont, elles aussi, dans un état de détérioration inquiétant. Le laxisme qui a perduré pendant des années, laissant en outre les termites s’installer dans les arbres rares de ce patrimoine mauricien, sont à l’origine de cette détérioration.
À l’origine, le Jardin de Pamplemousses regroupait, sur 25 hectares, un grand nombre de plantes endémiques aux îles Maurice et Rodrigues ainsi qu’une multitude d’autres provenant du monde entier : tallipots, nénuphars Victoria, orchidées, baobabs et palmiers, arbres à épices à profusion. Selon certains observateurs, l’on ne retrouverait plus ce caractère botanique du jardin. « Aucun arbre abattu et aucune plante disparue ne sont remplacés. À la place, on retrouve au jardin une abondance de manguiers, qui n’ont rien à avoir avec l’esprit du jardin laissé par Mahé de Labourdonnais et Pierre Poivre. »
Dans le temps passé, ce jardin était un lieu de découverte et de préservation d’espèces et variétés végétales, un musée vivant abritant la diversité végétale de Maurice. C’était également un lieu de prédilection pour les sorties en famille et une attraction touristique. Le constat aujourd’hui est qu’il a perdu sa notoriété, sa noblesse par la disparition de plusieurs espèces végétales. La dégradation déplorée à de nombreuses reprises est un mal qui prend de l’ampleur, comme l’affirme un habitué du jardin. « Il n’est plus comme dans le passé, il a perdu beaucoup d’espèces et ressemble de plus en plus à un jardin comme un autre. » Pourtant, il fut un temps où le Jardin botanique de Pamplemousses était le n°1 dans l’hémisphère Sud. Aujourd’hui, il a perdu tous ces attraits. Même les touristes réguliers s’en plaignent.
Ces deux dernières semaines, le jardin a connu un certain relooking avec l’abattage et l’élagage de certains arbres. Cela dans le but de parer que les branches qui se cassent blessent un visiteur. « Il faut bien considérer l’état actuel du jardin en le ramenant dans son contexte. Pendant plusieurs années il a été abandonné et après une longue période d’abandon, il faut un peu d’élagage. Mais il faut s’assurer que l’on introduise de nouvelles espèces et que l’on remplace également les espèces que l’on abat. Il y a aujourd’hui un effort pour le remettre sur les rails mais cela va prendre du temps. Le jardin est dans une phase de restauration mais il faudrait un plan à long terme », indique un écologiste.
Touristes déçus
Plusieurs projets sont prévus par la nouvelle direction dont certains qui datent déjà de quelques années : l’installation de caméras de surveillance , l’utilisation de matériaux écoresponsables, entre autres. Mais les habitués du jardin ne se laissent pas convaincre. « On entend parler de ces projets depuis des années mais rien n’a été fait jusqu’à présent. On parle d’introduire un espace pour les visiteurs, mais cela avait été dit depuis cinq ans, la rénovation du château avait été promise il y a une dizaine d’années, mais il est toujours dans le même état ! »
Un observateur d’ajouter : « Si les arbres se meurent aujourd’hui, c’est à cause d’un manque d’entretien et d’un certain laxisme de la part de la direction. Avant l’entrée payante, le jardin était encore un vrai bijou. » Il déplore par ailleurs le fait que « l’on retrouve aujourd’hui des fougères et des plantes saisonnières dans le jardin, souvent en guise de remplacement pour les arbres abattus et les plantes endémiques disparues. »
Le cri du coeur des amoureux de la nature et des habitués de ce qui fut un temps un havre de paix est que le « le Jardin de Pamplemousses doit être sauvegardé et restauré sous une forme qui le laisse pour longtemps hors d’atteinte. C’est l’un des rares lieux qui témoignent de l’histoire de la migration des espèces végétales. C’est un conservatoire de la biodiversité et aussi le plus poétique jardin de l’île Maurice qui a besoin qu’on s’occupe de lui. »
Outre ses fonctions pour la conservation, l’éducation et la recherche, le jardin botanique a également un cachet touristique. Toutefois, au Jardin de Pamplemousses, les touristes habitués se disent « choqués » du prix exorbitant des billets d’entrée qui est à Rs 200 aussi bien pour les adultes que pour les enfants. De plus, ils se disent « déçus » de constater l’état de dégradation des lieux. « Je viens ici avec mon mari depuis une vingtaine d’années. Je suis étonnée de voir les troncs des arbres qui sont creux et qui ont été rempli avec du ciment ! Aussi, je me souviens du bassin à nénuphars qui offrait un magnifique spectacle et qui n’est maintenant qu’à moitié rempli. C’est clair qu’il y a eu un laxisme de la part de la direction et que le jardin a été trop longtemps mal entretenu. Aujourd’hui, nous venons ici en souvenir des moments agréables que nous y avons passés avec mon mari, mais c’est triste de dire que le jardin a perdu de sa splendeur », remarque Micheline, une touriste. Elle regrette par ailleurs que les arbres du jardin ne portent aucune fiche descriptive.