Des milliers de Mauriciens se sont rendus au Jardin botanique de Pamplemousses ce week-end, où s’est tenue une foire agricole organisée par le ministère de l’Agro-industrie dans le cadre de la Journée mondiale de l’Alimentation. C’était une très belle occasion pour eux d’acheter des plantes décoratives, de mieux connaître la production agricole dans le pays et de voir les techniciens agricoles, venant des secteurs public et privé, à l’oeuvre. Les visiteurs ont également pu découvrir des techniques agricoles afin de pouvoir cultiver leur jardin potager à la maison, comme le font déjà un certain nombre d’entre eux.
Dans son message aux visiteurs, le ministre de l’Agro-industrie Satish Faugoo a appelé les Mauriciens à devenir des entrepreneurs afin de pouvoir augmenter notre autosuffisance en produits alimentaires, cela afin de stabiliser les prix des produits agricoles. « Si nous ne le faisons pas, ce sera un gros problème pour nous à l’avenir », a-t-il fait ressortir. Toujours sous ce chapitre, il a indiqué que dans certains pays la population dépense jusqu’à 75 % de ses revenus dans l’alimentation. À Maurice, ces dépenses sont de 40 % et elles ne dépassent pas les 15 % dans les pays développés. « Cette situation amène bon nombre de populations vers le piège de la pauvreté, vers la malnutrition, qui, à son tour, les rend malades. À cause de cette situation, les gouvernements doivent augmenter leur budget de santé ».
Pour le ministre, la sécurité alimentaire n’est pas uniquement le problème du ministère de l’Agro-industrie mais concerne également les autres ministères. « Certaines personnes pensent qu’on peut renverser la situation de nos importations en deux ou trois années. C’est un travail de longue haleine ». Cependant, a-t-il ajouté, des progrès notables ont été enregistrés dans la production de légumes, de poulet et d’oeufs, par exemple. La production de légumes frais a augmenté de 98 000 tonnes en 2006 à 114 000 tonnes en 2010, celle de poulet de 36 000 tonnes en 2006 à 42 000 tonnes en 2010 et celle d’oeufs de 170 millions d’unités en 2005 à 230 millions d’unités en 2010. Ce qui rend le pays autosuffisant pour ces aliments. « Si nous avons pu le faire dans ces domaines pourquoi ne pouvons-nous pas en faire de même dans les autres domaines », s’est-il interrogé. Cette année, Maurice peut atteindre l’autosuffisance en pomme de terre. La production d’oignons, elle, passera de 3 000 tonnes à 6 000 tonnes sur les 16 000 tonnes dont le pays a besoin annuellement. La production de lait frais a également augmenté, passant de 2,5 millions de litres pour passer à 12 millions de litres, et le nombre de têtes de 5 000 à 8 000.
L’enjeu, suivant la dernière crise alimentaire mondiale qui a affecté les Mauriciens également, est de taille. Satish Faugoo a appelé à une prise de conscience, une grande mobilisation nationale pour que les Mauriciens fassent des efforts pour augmenter la production agricole dans le pays et aussi pour « consommer ce que nous produisons et produire ce que nous consommons. » C’était en quelque sorte la démarche de cette foire agricole de Pamplemousses, qui a réuni une centaine d’exposants.