Plusieurs secteurs de l’économie seront toutefois autorisés à reprendre leurs activités

Le couvre-feu sanitaire, imposé ces cinq dernières semaines, soit depuis le 20 mars dernier, en vue de lutter contre la propagation du Covid-19, sera maintenu à l’échéance du lundi 4 mai. C’est ce qui découle de la réunion de consultations au plus haut niveau à l’hôtel du gouvernement depuis ces dernières 72 heures. Les dernières indications sont que le Premier ministre, Pravind Jugnauth, pourrait opter pour l’annonce d’un prolongement du Lockdown au-delà de l’échéance de lundi prochain. Toutefois, dans le cadre de la stratégie de réouverture graduelle, plusieurs secteurs de l’économie seront autorisés à reprendre leurs activités dans des conditions strictes avec priorité au respect des gestes barrières.
Selon les recoupements d’informations effectués par Le Mauricien de sources concordantes, la préoccupation visant à protéger la population contre la propagation du Virus Sans Frontières – qui continue à représenter une menace pour le pays – pourrait être privilégiée dans la conjoncture. Lors des consultations et des échanges, le Premier ministre s’est gardé jusqu’ici d’utiliser le terme « déconfinement », susceptible de créer l’impression d’un retour à la normale pour parler plutôt de « réouverture par étape ». La crainte d’une résurgence à la manière de Singapour hante les autorités, la date-butoir du 4 mai se précisant.

Néanmoins, ce prolongement du couvre-feu sanitaire, avec des restrictions des mouvements de la population, devrait être accompagné d’un Easing of the Curfew, avec la réouverture des activités dans certains secteurs clés, notamment l’industrie manufacturière et le secteur de la construction. Cela en sus de la reprise des activités dans la boulange. Tout cela à condition que le critère Sine Qua Non de distanciation sociale et celui du port obligatoire de masques soient scrupuleusement respectés.
Dans cette perspective, le Prime Minister’s Office et les Police Headquarters des Casernes centrales se préparent à émettre une nouvelle série de Work Access Permits en faveur des employés concernés pour la reprise de ces activités économiques.

De son côté, commentant l’évolution de la situation de la pandémie sur sa page Facebook, le leader du MMM, Paul Bérenger, fait état de deux écoles de pensée concernant le déconfinement. D’une part, des spécialistes, comme Deoraj Caussy, considèrent qu’on ne peut parler de déconfinement tant qu’il n’y ait pas 14 jours sans un nouveau cas et avant de réaliser 2 000 tests de dépistage par jour. Son collègue le Dr Manraj, directeur du laboratoire de Candos, estime que les cas détectés jusqu’à maintenant représentent la partie émergée de l’iceberg. D’autre part, un autre courant de pensée est d’avis qu’il est temps de commencer un déconfinement par étape, à l’instar de l’Afrique du Sud, qui a adopté cette stratégie malgré le fait que le nombre de cas confirmés et celui de décès augmentent.

Paul Bérenger regrette que le gouvernement continue à refuser à donner des informations dont la population a besoin pour pouvoir trancher entre les deux écoles de pensée. En ce qui concerne l’octroi de 137 000 permis, chiffre au début de la semaine dernière, cela constitue un début de déconfinement. Il réclame par la même occasion un ‘break down’ de ces permis. « Il nous faut nous assurer qu’il n’y a eu aucune politisation. Le gouvernement se doit de révéler le nombre de tests effectués chaque jour. Le gouvernement accuse un retard dans ce domaine et c’est maintenant qu’il annonce qu’une série de tests seront effectués sur les Frontliners.

Le confinement pèse bien lourd sur notre économie et c’est la population qui en subit les conséquences. C’est pourquoi le plus tôt qu’on commence à mettre fin au confinement le mieux ce sera. Mais pour que cela se produit sans aucun danger pour la population il faut de la transparence et que le gouvernement donne les renseignements auxquels la population a droit ; et finalement il faut que gouvernement présente un bon plan, bien réfléchi et bien préparé, sur la façon dont se fera le déconfinement à Maurice », dit-il.