Les chrétiens du monde entier fêtent, ce dimanche, Pâques, plus importante fête de leur calendrier liturgique et qui célèbre la résurrection du Christ. Pâques qui signifie, littéralement, “passage” célèbre, ainsi, le passage de Jésus-Christ de la mort à la résurrection. Il s’agit, là, du coeur même de la foi chrétienne. “Si le Christ n’est pas ressuscité, vaine est notre prédication; vaine aussi votre foi”, déclare, à cet effet, Saint Paul dans l’une de ses lettres.
La fête de Pâques chez les chrétiens est un prolongement de la Pâque juive qui, comme relatée dans l’Ancient Testament, commémore le passage du peuple hébreux de l’esclavage en Egypte vers sa libération. Par sa mort, par crucifixion, Jésus-Christ est, en effet, identifié à l’agneau sans défaut que Dieu demande à Moïse de sacrifier avant qu’il ne fasse abattre sur les Egyptiens l’ultime fléau qui fera fléchir le Pharaon et permettre à son peuple de prendre le départ vers la Terre Promise.
Pour les chrétiens, le Christ est, ainsi, “l’agneau véritable”; celui qui, par le don de sa vie sur la croix, conduit à la véritable “Terre Promise” qui consiste en une vie transformée. Pour eux, ce dont il est question à Pâques est le passage des ténèbres du péché à la lumière de l’amour. Il convient, à cet effet, de souligner que, selon l’Evangile de Saint Matthieu, outre “l’autre Marie”, c’est Marie-Madeleine, la pécheresse pardonnée, qui se trouve être au nombre de tout premiers témoins de la résurrection.