Les palmistes de l’ex-promenade Roland Armand ont déjà été transplantés sur le site

L’exercice d’appel d’offres pour l’aménagement du parc récréatif à Ébène sera lancé en avril prochain. C’était une question qui demeurait depuis la démolition de la promenade Roland Armand en mars 2018. Le site sera opérationnel dans le sillage de la phase 1 du Metro Express en septembre 2019. Le projet coûtera Rs 100 millions. Par le biais des paysagistes Daniel Maestracci et Jean-Pierre Tin Tsin Fong, le joint-venture Land Concept Ltd et Urban Scope a travaillé sur la conception, alors que la mise en oeuvre sera assurée par Metro Express Ltd.

Le site de quatre hectares, qui compensera la perte de la promenade Roland Armand, comprendra un réseau de chemins conçu pour procurer environ 3 kilomètres de promenade et de nombreuses connexions. En longeant la rivière d’Ébène, traversant le parc spirituel de Belle-Rose, le tout agrémenté de plantes et d’arbres avec des zones ombragées pour se reposer et jouir de la tranquillité et de la nature.

Se confiant à Week-End, le Français Daniel Maestracci, diplômé de l’école de Versailles, explique qu’”hormis certaines espèces d’arbres plantées il y a plus de 50 ans, certaines plantes comme les palmistes de l’ex-promenade Roland Armand ont déjà été transplantés sur le site d’Ébène qu’on arrose constamment pour les garder en forme.” Le paysagiste, dont les services avaient été retenus pour un plan de réhabilitation du jardin botanique de Pamplemousses en 2017, ajoute, en revanche, que “l’on compte réintroduire certains arbres endémiques supprimés à Vandermeersch, comme le goyavier fleur, le tecoma, le flamboyant, la casse jaune ou l’erithrina.”

Les amoureux de nature pourront découvrir d’autres arbres, tels que le badamier de Madagascar, le bois d’ébène, le bois de boeuf et le Sainte-Marie. Selon Daniel Maestracci, il est également question d’introduire le baobab sur le site. L’emphase sera mise sur le côté récréatif du parc avec l’installation d’engins de fitness pour les adultes. “Ces installations sportives en libre accès ont la cote et il est tout à fait normal de l’intégrer à notre projet”, souligne le paysagiste. Un espace de 2000m², en guise de mini parc pour les enfants, est également compris dans le projet.