Invités par la Global Rainbow Foundation (GRF), Ong venant en aide principalement aux personnes ayant un handicap, les Drs Selene Parekh (Etats-Unis) et Rajiv Shah (Inde) animent depuis ce matin deux jours de conférence à l’intention des médecins, physiothérapeutes et étudiants. Lors de l’ouverture de la conférence, au Rajiv Gandhi Science Centre, le Dr Parekh a annoncé que, poussé par les valeurs indiennes transmises par ses parents – et qu’ils retrouvent à Maurice –, il a décidé de venir chez nous tous les ans dans le but d’apporter des changements chez les patients. Pour sa part, le président de la GRF, le Pr Armoogum Parsuramen, a indiqué qu’un Memorandum of Understanding sera signé en vue de la création d’une clinique spécialisée dans les soins des pieds et des chevilles afin de faire profiter de l’expertise du Dr Parekh, reconnu comme l’un des meilleurs médecins de Caroline du Nord (2009-2014).
Le Dr Selene Parekh est un spécialiste des pieds et des chevilles exerçant en Caroline du Nord. Il a été le premier diplômé de la combinaison MD/MBA Programme à la Boston University, où il a effectué ses études. Professeur agrégé en chirurgie orthopédique au Duke University Health System et par ailleurs entrepreneur, le Dr Parekh dirige son intérêt principalement dans les recherches en matière de remplacements de chevilles et de pieds de même que les blessures des athlètes aux chevilles; la chirurgie mini-invasive de la cheville et du pied; la chirurgie orthopédique et traumatologique et l’adoption et le développement de nouvelles technologies dans ce domaine.
À Maurice avec sa famille depuis cette semaine, le spécialiste a consulté 70 patients hier et, selon ses estimations, « la plupart peuvent grandement trouver de l’aide ». Il dit espérer pouvoir réaliser ces interventions sur ces patients durant les années à venir. L’importance de former à une expertise dans ce domaine est primordiale, selon le Dr Parekh, car s’il existe des chirurgiens orthopédistes à Maurice comme dans bien d’autres pays, il n’y a pas de vrais spécialistes pour les pieds et les chevilles.
« Chaque pays a ses expériences. Nous avons tous des pathologies différentes qui affectent nos pays. En partageant ces expériences, ce sont nos patients qui bénéficient de cet enrichissement et peuvent ainsi recevoir de meilleurs soins » devait-il faire ressortir ce matin. Lorsque le Dr Rajiv Shah, chirurgien orthopédique comptant plus de 20 ans de métier en Inde, et lui se sont rencontrés en 2007, raconte-t-il, la plupart des patients avec des problèmes de pieds et de chevilles en Inde n’en étaient pas au courant. « Sur une population de plus d’un milliard de personnes, il y avait seulement trois chirurgiens orthopédiques. C’est ainsi que nous avons discuté des moyens possibles pour changer la situation. Ma femme, qui est physiothérapeute, et moi-même avons réfléchi et avons finalement décidé de former les chirurgiens orthopédistes en Inde. En 2012, cela a été la première cuvée de la nouvelle génération de chirurgiens orthopédistes en Inde. C’est à ce moment qu’on a vu les jeunes chirurgiens en Inde se décider à consacrer leur carrière à la chirurgie des pieds et des chevilles. » En 2013, les médecins y étendirent leurs services en proposant une intervention deux fois l’an. Et en 2014, « on utilisa les “Google Glass” pour la première fois » à Jaipur. « Plus de 25 000 personnes à travers le monde ont pu assister en direct aux interventions chirurgicales. De même, pour ce qui est de Maurice, le monde peut être témoin de ce qui se passe lors de notre visite. Hier, lorsque je consultais les patients, on diffusait les images à travers les “Google Glass” de même qu’à travers Twitter. »
Le Dr Parekh ayant été élevé loin de son pays d’origine, l’Inde, mais dans les pures traditions, les valeurs qui lui ont été transmises par ses parents et qu’il dit retrouver dans les rues de Maurice, le poussent à « give back » à ses racines et au monde ce qu’il a reçu. Le Dr Parekh devait souligner que son but, avec la GRF, est « de réaliser le même impact que nous avons eu en Inde et d’être à Maurice annuellement en vue d’opérer des changements dans la vie des patients, dont les pathologies sont ignorées faute d’expertise précise dans ce domaine ».
Le Pr Parsuramen a pour sa part expliqué que le but de cette conférence est de « partager l’expérience des deux éminents spécialistes ». Il a précisé que le choix du mot “Rainbow”dans l’appellation de l’Ong n’est pas anodin et montre sa croyance dans une nation arc-en-ciel. « Si l’une des couleurs disparaît, il n’y a pas d’arc-en-ciel. » Soulignons que le Dr Rajiv Shah a procédé en direct à un examen de pieds et de chevilles sur une patiente. La conférence se poursuit jusqu’à demain.