Désormais personne n’y échappera. A partir du 31 janvier tous les opérateurs de pari sur le football ou ce qu’on appel « fixed Odds Betting » vont devoir respecter la condition de la Gambling Regulation Autority (GRA) qui consiste à avoir un «official fixtures and results provider». Si dans un premier temps les démarches des opérateurs dans ce secteur avaient réussi à faire reculer la GRA, le vent a fini par tourner. On se souviendra que depuis le 1er décembre 2011 les opérateurs de «fixed odd betting» sur le football aurait dû fournir à la GRA la provenance de leurs programmes et les résultats.
Cependant un flou important avait entouré cette décision et surtout son application. Dans la foulée une réunion entre les opérateurs et la GRA avait permis de «calmer le jeu». Mais depuis le début de l’année la GRA est revenue à la charge et demande aux opérateurs de travailler avec des «official fixtures and results». La date butoir a été même fixée au 31 janvier 2012, soit ce mardi.
Nombre important de complainte
Pourquoi donc la GRA revient à la charge avec cette condition? «Nous avons un nombre important de complainte de la part du public parieur. En contre partie la GRA n’était pas en mesure de vérifier les informations pour dire si les résultats affichés par les organisateurs de paris sont exacts. En tant que régulateur des paris à Maurice notre devoir c’est de protéger contre vents et marées le public. Car je dois vous avouez que nous avons eu des cas où un match a terminé par 2-1, mais l’organisateur des paris a affiché un résultat de 1-2. C’est plus possible», a insisté Hiren Jankee à Week-End
Le président du board de la GRA insiste aussi sur le fait que cette décision n’est «pas une décision personnelle, mais une décision du board qu’il faut appliquer».
Interrogé pour savoir si la GRA a donné des directives ou des indications aux opérateurs des paris où s’adresser pour obtenir les «official fixtures and results», Hiren Jankee répond par un non catégorique. «Ce qui nous intéresse à la GRA c’est que chaque opérateur  de paris vienne vers nous avec un contrat dûment signé avec une compagnie reconnue dans ce domaine. Notre seul souci c’est de savoir où aller vérifier les cotes de l’opérateur des paris en cas de contestation», explique notre interlocuteur.
Il va sans dire que beaucoup de ses opérateurs vont se tourner vers des opérateurs qui sont passés maître dans la dissémination de ces informations dans le monde. A savoir Betradar, Press Association ou ACTIM. «La GRA ne connaît pas ces compagnies.  Aucune directive n’a été donnée quant aux choix des fournisseurs des fixtures et des résultats. Ce qui est important pour la GRA c’est le contrat qui lie l’organisateur des paris et le service provider. Un contrat qui nous permet de vérifier toutes informations contestables pour un parieur» précise Hiren Jankee le président du board de la GRA.
Il va sans dire que cela va être un combat acharné pour les quelques six compagnies opératrices dans ce secteur qui n’ont que 48 heures pour se mettre au diapason avec cette nouvelle condition avant de pouvoir ouvrir boutique ce mardi. Qui plus est, elles devront respecter des nouvelles conditions d’ouverture pour leur boutique. Désormais les heures d’opération sont de 10h à 14h et de 16h à 20h.
Plus que jamais les parieurs vont devoir revoir leurs habitudes à compter de ce mardi.