L. Ramsarran, qui a été trouvé coupable par la cour criminelle intermédiaire d’avoir agi dans l’illégalité en opérant comme bookmaker sans détenir de licence délivrée par la Gambling Regulatory Authority (GRA), a été débouté dans l’appel qu’il avait interjeté contre le jugement rendu par la première instance. Il avait été traduit sous l’article 134 (1) de la loi précitée.
Le délit a été commis le 16 septembre 2008. Le point central de la contestation du verdict de la cour intermédiaire est que l’accusation est basée sur une course de chevaux courue à l’étranger. Cela a été établi par le fait que chacune des trois personnes mentionnées dans les trois chefs d’accusation avait effectué des mises sur des chevaux courant à l’étranger, font remarquer le chef juge, Keshoe Parsad Matadeen, et le Senior Puisne Judge, Eddy Balancy, qui avaient entendu cet appel. Ils ajoutent que le fait qu’ils ont oublié les noms du cheval sur lequel chacun a misé ne diminue en rien leur crédibilité.
Pour les juges, les raisons de l’appel doivent être rejetées.